Le cabillaud en danger dans l’ouest de la Baltique

Le 29 août 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Bruxelles n'a toujours pas donné son avis sur le cabillaud de la Baltique occidentale, largement victime de la surpêche
Bruxelles n'a toujours pas donné son avis sur le cabillaud de la Baltique occidentale, largement victime de la surpêche

Une fois encore, les quotas de pêche proposés par la Commission européenne pour la mer Baltique en 2017 ne respectent pas, dans l’ensemble, les avis des scientifiques et favorisent toujours la surpêche.

 

Selon son communiqué, Bruxelles propose d’augmenter les quotas relatifs à 6 des 10 stocks de la mer Baltique: le hareng de la Baltique centrale (+8%), de la Baltique occidentale (+8%) et du golfe de Botnie (+17%), le sprat (+40%), la plie (+95%) et le saumon du bassin principal (+10%).

Seuls le hareng du golfe de Riga (-21%) et le saumon du golfe de Finlande (-28%) voient leurs quotas diminuer par rapport à l’an dernier.

Les quotas concernant les deux derniers stocks (cabillaud occidental et oriental) n’ont pas encore été diffusés, la Commission «recueillant encore des informations complémentaires». Le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) avait quant à lui conseillé, cette année, de réduire le total admissible de capture du cabillaud de la Baltique occidentale de 93% étant donné le piètre état du stock.

 

Menaces sur le cabillaud en Baltique occidentale

 

«Les ministres européens ont ouvertement ignoré l’état des stocks de cabillaud. Alors que la Commission européenne devait être le garant de la politique commune de la pêche, il est désolant de voir qu’elle s’en lave aujourd’hui les mains», a réagi Lasse Gustavsson, directeur exécutif d’Oceana en Europe. La situation du cabillaud s’aggravant d’année en année, l’ONG appelle à une fermeture complète des pêcheries de cabillaud dans la Baltique occidentale, pour permettre au stock de se renouveler. Elle suggère aussi une prise de position quand à la pêche récréative, «qui représente désormais un problème important dans la Baltique occidentale».

La proposition de la Commission doit désormais être discutée par le conseil des ministres de la pêche, prévu les 10 et 11 octobre à Luxembourg.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus