Le budget de l’Anah culmine à 1,4 milliard d’euros

Le 03 mars 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
le budget annuel de l'Anah a été porté à 1,4 Md €.
le budget annuel de l'Anah a été porté à 1,4 Md €.
VLDT

Le 28 février, l'Agence nationale de l'habitat (Anah) a présenté sa stratégie et adopté son enveloppe budgétaire.

 

200.000 aides attribuées pour 2020. Voilà l’objectif fixé à l’Anah par le ministère de la ville et du logement. Pour y parvenir l’agence va consacrer 390 millions d’euros à MaPrimeRénov’ ; Prime qui remplace le crédit d’impôt depuis le 1er janvier 2020. «Plus de 15.000 dossiers ont déjà été déposés, confirmant ainsi l’attractivité de MaPrimeRénov’ pour les ménages voulant réaliser des travaux de rénovation énergétique», se félicite l’Anah dans un communiqué. L’instruction des dossiers débutera début avril.

 

Plus de moyens pour les territoires

Globalement, le budget annuel de l’agence a été porté à 1,4 Md €. Il était de 874 millions en 2019. Cette hausse s’explique notamment par l’attribution de moyens supplémentaires à l’accompagnement des territoires «sur les enjeux de l’habitat privé». Afin de lutter contre l’habitat indigne, l’Anah devrait accroître ses soutiens aux bénéficiaires des départements de Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne, de l’Essonne, du Nord, des Alpes-Maritimes et des Bouches-du-Rhône.

 

L’Ardèche va elle aussi faire l’objet d’un traitement spécial. Saisie par le préfet suite au séisme du Teil le 11 novembre dernier, l’Anah va mettre en place des mesures dérogatoires. Elle épaulera la communauté de communes Ardèche Rhône Coiron (CCARC). Via un programme «post-séisme». Il aura vocation à «faciliter la réhabilitation des logements sinistrés, apporter un soutien aux ménages sinistrés et mobiliser rapidement un parc de logement permettant le relogement des ménages actuellement en situation d’hébergement provisoire».

L’enjeu des copropriétés

Afin d’accélérer le rythme des rénovations, l’Anah a annoncé le renforcement des dotations en ingénierie territoriale. Et ce via son programme «Engager la Transition Énergétique dans l’Habitat Collectif privé». Autre enjeux, et pas des moindres : la rénovation énergétique des copropriétés, pour lesquelles la prise de décision est souvent difficile. Elle prolonge un programme de lutte contre l’habitat indigne ciblant les copropriétés des centres-villes, des quartiers anciens et des villes en reconstruction. Il sensibilisera et formera les gestionnaires de copropriétés et les copropriétaires. «4 types d’actions seront engagés : informer et sensibiliser les syndics, former à la conduite de projet de rénovation énergétique, accompagner les copropriétés ciblées en amont de la réalisation de travaux afin de lever les freins».