Le BTP francilien sous haute surveillance

Le 27 juin 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les inspecteurs de la Driee ont pour mission de surveilleur les chantiers de démolition
Les inspecteurs de la Driee ont pour mission de surveilleur les chantiers de démolition

La Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie d’Ile-de-France (Driee-IF) a présenté, le 26 juin à Paris, l’état annuel de l’environnement industriel francilien dont un volet important est consacré à la gestion des déchets.

En premier lieu, les modifications apportées aux nomenclatures sur les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), en 2009 et 2010, ont principalement affecté les sites de traitement des boues de station d’épuration, qui ont quitté le régime de la déclaration pour celui de l’autorisation.

Autre changement: les installations de traitement de déchets ne sont plus classées en fonction de la provenance des déchets traités (ménagers, activités) mais selon leur nature (dangereux ou non) et de leur traitement (tri, incinération, stockage, etc.).

Au total, début janvier 2012, 368 sites ont ainsi été reclassés vers les nouvelles rubriques ICPE. Il faut y ajouter 64 sites qui ont été déclassés ou fermés et 53 nouvellement enregistrés. Selon la Driee-IF, il reste encore 245 installations à reclasser en Ile-de-France.

En matière de polychlorobiphényles (PCB) et de polychloroterphénlyes (PCT), la décontamination et l’élimination des appareils, prévues par le plan national de 2003, ne sont pas encore finalisées. Dans la région francilienne, le nombre de détenteurs a toutefois été divisé par deux en un an, passant de 318 personnes en février 2011 (pour 772 appareils pollués à plus de 500 parties pour million –ppm- en PCB ou en teneur inconnue, mais susceptibles de renfermer des PCB) à 150 en janvier 2012 (pour 359 appareils). A noter que les appareils d’ERDF (plus gros détenteur régional) antérieurs à 1987, et qui contenaient plus de 500 ppm de PCB, ont déjà été décontaminés ou éliminés. La Driee espère une disparition complète des appareils avant la fin 2012.

Enfin, l’inspection de la Driee a rajouté une corde à son arc en 2011, en cherchant à plusieurs reprises la responsabilité juridique de producteurs et de détenteurs de déchets responsables de dommages causés à l’environnement. «Cette action vise en particulier la filière des déchets du bâtiment et des travaux publics (BTP) qui doit se responsabiliser et maîtriser ses impacts sur l’environnement dans un contexte de fort renouvellement urbain et d’accroissement de son activité», indique la Direction régionale en écho à l’affaire de la montagne de déchets de Limeil-Brévannes (voir JDLE) et en prévision des nombreux chantiers de démolition liés au Grand Paris.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus