Le brocoli contre la pollution atmosphérique

Le 18 juin 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Bien penser à enlever le masque avant d'en manger
Bien penser à enlever le masque avant d'en manger
DR

Réputé pour ses vertus anticancéreuses, le brocoli accélère l’excrétion urinaire du benzène, l’un des principaux polluants atmosphériques, selon une étude menée en Chine et publiée dans la revue Cancer Prevention Research.

A l’origine de ces premiers travaux chez l’homme, le fait que deux composants du brocoli, le sulforaphane et son précurseur, la glucoraphanine, induisent la production d’enzymes de détoxification, ce qui expliquerait en partie leurs effets anticancéreux. Ce qui a donné l’idée à Patricia Egner, de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health de Baltimore (Maryland), et ses collègues d’en tester l’efficacité à Qidong (province du Jiangsu), ville faisant face à Shanghai sur le delta du fleuve Yangtsé, et l’une des zones urbaines les plus polluées de Chine –et donc au monde.

Pour cela, 291 adultes ont été répartis en deux groupes, les uns buvant pendant 12 semaines une potion à base de brocoli, enrichie en sulforaphane et glucoraphanine, les autres son équivalent placebo, indiscernable au goût. Les résultats en étaient largement positifs: les chercheurs ont noté une hausse de 61% de l’excrétion urinaire de benzène dans le groupe brocoli, et de 23% de l’acroléine, un irritant pulmonaire.

L’effet des deux composants du brocoli, qui s’exercerait par activation de la protéine NRF2, pourrait être aussi bénéfique contre certains contaminants présents dans l’eau et l’alimentation qu’il l’est contre les polluants atmosphériques, avancent les chercheurs. Dans l’immédiat, ils comptent poursuivre leurs travaux afin de déterminer une dose et une fréquence optimales pour ce nouveau détoxifiant.

Des chips contre les PCB

De manière plus préliminaire, une équipe de l’université de Cincinnati a récemment découvert un moyen pour le moins inattendu de nettoyer l’organisme d’un autre polluant, en l’occurrence les PCB. Et ce grâce à l’olestra, substitut de graisses connu sous le nom de marque Olean.

Découvert par Procter and Gamble à la fin des années 1960, il est désormais utilisé dans de nombreux produits, dont des chips allégées, afin d’en diminuer la teneur lipidique. Publiés début avril, ces premiers résultats chez l’homme, qui viennent confirmer des observations chez la souris, suggèrent que l’olestra solubiliserait les PCB au niveau intestinal, favorisant ainsi leur élimination. A quand des chips allégées au brocoli?



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus