Le Brésil assouplit son Code forestier

Le 25 mai 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’Etat brésilien assouplit son Code forestier au grand dam de sa forêt.

Dans l'Etat d'Amazonie, où la forêt est censée recouvrir 80% des surfaces, la déforestation a augmenté de 27% en un an, d'après les données mêmes du ministère de l'environnement. Un chiffre révélé dans un article du magazine A Folha de São Paul et repris le 20 mai dernier par l’hebdomadaire Courrier International.

Ainsi, les observations du satellite brésilien Deter montrent que 1.848 kilomètres carrés de forêt ont été anéantis entre août 2010 et avril 2011, contre 1.455 km² durant la même période l’année précédente. La ministre de l’environnement, Izabella Teixeira, juge la situation «préoccupante» et a convoqué une cellule de crise, mais elle refuse de lier cette tendance avec la discussion sur le Code forestier, qui va faciliter le droit des plus petits propriétaires terriens à exploiter les terres agricoles, et donc à couper les arbres.

Le quotidien brésilien laisse au contraire entendre que «de nombreux propriétaires, sachant que le Code les amnistierait, ont anticipé le vote et déjà commencé à détruire la forêt». Les écologistes considèrent que cette mesure censée promouvoir la production agricole va surtout favoriser la déforestation de l’Amazonie.

Selon un article du journal The Guardian publié le 25 mai, le projet de loi débattu depuis près de deux ans au parlement brésilien a été voté mardi 24 mai par 410 voix contre 63. Mais les débats ne sont pas terminés pour autant puisque la proposition de loi devrait maintenant être examinée par le sénat.

Cette modification du Code forestier va permettre aux petits fermiers et éleveurs de travailler les terres jouxtant les rivières, mais aussi celles situées au sommet des collines. La loi permettra de relaxer ceux qui, avant juillet 2008, et quelle que soit la taille de l’exploitation, ont coupé plus d’arbres qu’autorisé. Les plus grandes exploitations devront replanter tandis que celles dont la taille est inférieure à 400 hectares ne seront pas contraintes à reboiser.

Les défenseurs de l’environnement veulent alerter sur le fait que ces modifications de réglementation auront pour conséquence de favoriser les inondations, la charge sédimentaire des rivières et l’érosion des terres. Au total, ils estiment que ces mesures «devraient avoir un impact grave sur la forêt tropicale».

Déjà environ 20% de la forêt amazonienne ont été détruits et 75% des émissions brésiliennes de gaz à effet de serre seraient imputables à la destruction de la forêt par incendie ou à la pourriture des arbres sur place.

«L’amnistie proposée contribue à perpétuer la longue tradition brésilienne qui est de légaliser l’illégal. Les populations pensent qu’elles peuvent couper illégalement la forêt parce que tôt ou tard tout sera pardonné», déclare Philipp Fearnside de l’Institut national pour la recherche amazonienne.
 
Pourtant, les images du centre spatial brésilien montraient qu’en 2010 la déforestation avait diminué, atteignant l’année dernière son rythme le plus bas depuis 22 ans.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus