Le braconnage de rhinocéros et d’éléphants toujours en hausse

Le 17 août 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Du 15 au 19 août 2011 se tient à Genève la 61e réunion du comité permanent de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages (Cites). A cette occasion, le WWF rappelle que le braconnage et le commerce illégal d'ivoire d’éléphant et de corne de rhinocéros ne cessent de croitre. L’ONG demande donc que ces activités soient efficacement enrayées.
 
Environ 21.000 rhinocéros vivent en Afrique du Sud. Le pays abrite 90% de la population de rhinocéros blanc d’Afrique (Ceratotherium simum), mais plus de 250 d’entre eux ont été tués depuis janvier 2011, et 333 en 2010.
 
L’augmentation du braconnage de ces grands mammifères s’expliquerait par une hausse de la demande en cornes, utilisées dans la médicine traditionnelle en Asie comme aphrodisiaque ou pour leurs supposées vertus anticancéreuses. Or, dans une lettre présentée au comité le 16 août, «Lixin Huang, présidente à la fois du Collège américain de médecine traditionnelle chinoise (MTC) et du Conseil des collèges d'acupuncture et médecine orientale (CCAOM), a réitéré aux Parties que l'usage de la corne de rhinocéros avait été supprimée de la pharmacopée chinoise en 1993 et que ses propriétés anticancéreuses n’avaient pas été prouvées», rapporte le WWF dans un communiqué.
 
L’Afrique du Sud tente de répondre à la crise du braconnage. Récemment, deux Vietnamiens ont été condamnés par le pays à des peines sévères –8 ans et 10 ans de prison- pour possession de cornes de rhinocéros. Mais les efforts pour réguler la délivrance des permis de chasse et renforcer les poursuites judiciaires doivent s’accentuer, selon les écologistes.
 
En ce qui concerne la situation des éléphants, la Chine et la Thaïlande sont les deux plus gros marchés de la planète pour les ventes illégales d'ivoire, selon un rapport sur le braconnage des éléphants et le commerce illégal de l'ivoire qui sera présenté aux Parties à la Cites. Il revient donc à la Chine d’«améliorer ses efforts dans le contrôle du commerce d'ivoire et d’offrir un soutien plus important aux pays africains, où le braconnage et le commerce illégal d’ivoire sont les plus répandus».
 
 Outre la Chine, la République démocratique du Congo et le Nigeria, aujourd’hui considérés par le WWF comme «les plus négligents en matière de contrôle des marchés domestiques», devraient agir avec plus d’efficacité et de fermeté.
 

 Egalement à l'ordre du jour de cette réunion: l’amélioration de la réglementation du commerce du bois d’acajou, la pêche, et la situation des tigres, également critique.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus