Le BPA traverse aussi la peau

Le 28 octobre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Des chercheurs de l’Institut national de recherche agronomique (Inra) montrent pour la première fois que le bisphénol-A (BPA) peut pénétrer dans l’organisme humain par la peau, selon un communiqué du 28 octobre.

 

Le BPA est un perturbateur endocrinien présent notamment dans certains récipients alimentaires en plastique, ainsi que dans les revêtements intérieurs de boîtes de conserve ou canettes. Les scientifiques pensaient jusqu’à présent que la présence de résidus de BPA dans les tissus humains résultait principalement de l’ingestion de BPA, à très faibles doses, via la dégradation des contenants alimentaires. Mais les taux d’exposition parfois très élevés ont suggéré l’existence d’autres sources d’exposition, en particulier cutanée.

 

Le BPA est en effet présent sous forme libre dans une grande partie des ‘papiers thermiques’ utilisés dans les reçus de cartes de crédit, tickets de caisse, souvent en assez grande quantité. En 2010, une équipe américaine a rapporté que les taux de BPA étaient plus importants dans l’organisme des hôtes de caisse. Et une étude plus récente a révélé que 40 % des tickets délivrés par les enseignes américaines contenaient du BPA à des taux 250 à 1.000 fois supérieurs à ceux observés dans les contenants alimentaires [voir le JDLE].

 

Les chercheurs de l’Inra de Toulouse, en collaboration avec les laboratoires Pierre Fabre, ont observé que deux tiers du BPA déposé à la surface d’un « modèle » de peau de porc, traversaient la barrière cutanée, quelle que soit la dose. Un test complémentaire sur la peau humaine a démontré des résultats similaires. «  Ces nouvelles données suggèrent fortement que cette molécule est capable de pénétrer dans l’organisme de l’homme à travers la peau », conclut l’Inra. Les résultats sont publiés en ligne dans la revue «  Chemosphere » du 27 octobre [1].

 

En 2009, le même laboratoire avait montré que l’appareil digestif du rat était très sensible aux faibles doses de BPA et que l’exposition pré- et post-natale de ces animaux à la molécule pouvait fragiliser la fonction de « barrière intestinale » à l’âge adulte [voir le JDLE].

 

Les biberons contenant du BPA seront interdits en France à partir du 1 er janvier 2011. Et le 13 octobre le Canada a été le premier pays à classer le BPA comme substance toxique [voir le JDLE].

 

Dans le JDLE « L’homme serait plus exposé que prévu au BPA »

 

 



[1] “Viable skin efficiently absorbs and metabolizes bisphenol A” Zalkoa D. et al. Chemosphere (27 octobre 2010).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus