Le BPA jugé sans risque pour la santé humaine aux niveaux actuels d’exposition

Le 29 janvier 2015 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 22/01/2015 par Anne Rambaud


Emballage / Matériaux au contact des denrées alimentaires> Emballages / Matériaux au contact des denrées alimentaires
 
Par un communiqué du 21 janvier 2015, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) annonce la publication d'un avis sur les risques pour la santé publique associés à la présence de bisphénol A (BPA) dans les denrées alimentaires. Il ressort de cet avis qu'aux niveaux actuels d'exposition, le BPA ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs. L'Agence européenne de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a également publié un communiqué le 21 janvier 2015 dans lequel elle commente les résultats de l'évaluation menée par l'Efsa.
 
Dans cet avis, l'Efsa conclut que l'exposition par voie alimentaire ou par l’intermédiaire d'une combinaison d’autres sources (alimentation, poussière, cosmétiques et papier thermique) est considérablement inférieure au niveau sans danger (la "dose journalière tolérable" ou DJT).
 
Elle préconise toutefois une diminution de la DJT de 50 µg/kg de poids corporel par jour à 4 µg/kg de poids corporel par jour. L'autorité précise dans son communiqué que l'exposition actuelle au BPA reste trois à cinq fois inférieures à cette nouvelle DJT.
 
A noter, cette DJT a été fixée provisoirement dans l’attente des résultats d'une étude à long terme chez le rat. Elle sera réexaminée dans deux à trois ans, lorsque les résultats d’activités de recherche à long terme menées dans le cadre du programme national de toxicologie des États-Unis seront disponibles pour être évalués.
 
Par ailleurs, au cours de cette évaluation des risques, les experts de l'Efsa ont relevé que de hautes doses de BPA (plusieurs centaines de fois supérieures à la DJT) pouvaient avoir des effets indésirables sur les reins et le foie, ainsi que sur la glande mammaire chez les animaux.
 
Cependant, selon elle, certaines incertitudes demeurent. En particulier, elle souligne qu'aucune preuve scientifique ne démontre avec certitude que le BPA aurait des effets sur les systèmes reproductif, nerveux, immunitaire, métabolique et cardiovasculaire ou sur le développement du cancer. Elle ajoute néanmoins que cette hypothèse ne peut pas non plus être exclue.
 
Dans son communiqué, l'Anses rappelle qu'elle avait répondu à la consultation lancée par l'Efsa en janvier 2014 sur son projet d’avis sur les risques sanitaires liés au BPA. A cette occasion, elle avait pointé des divergences d’appréciation avec l'Efsa, notamment dans la prise en compte des incertitudes, et des différences d’interprétation dans l’analyse des études disponibles.
 
Ainsi, à la publication du rapport de l'Efsa, l'Anses se rejouit de voir que les incertitudes scientifiques ont bien été prises en compte par l'Efsa et affirme que malgré leurs différences d'apprécision, l'Efsa et l'Anses poursuivent leur collaboration.
 
Pour rappel, l'exportation, l'importation, la fabrication et la mise sur le marché de tout conditionnement, contenant ou ustensile comportant du bisphénol A (BPA) et destiné à entrer en contact direct avec les denrées alimentaires sont interdites depuis le 1er janvier 2015 (article 1 de la loi n° 2010-729 du 30 juin 2010).
 
Sources :
 
 
 
 
 
 
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus