Le bonus-malus à l’allemande

Le 06 juillet 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'Allemagne devrait se doter d'un système d'étiquetage des émissions de CO2 des voitures neuves dénoncé par les autorités françaises et italiennes, car il met sur un pied d'égalité les grosses berlines allemandes et les petites cylindrées françaises ou italiennes.
 
«Ce projet est une escroquerie, car il consiste à faire croire aux automobilistes qu'un gros 4x4 est un produit vert et économe», s'insurge Pierre Gaudillat, représentant de l'ONG Transport et Environnement.
 
La chambre haute du Parlement allemand, le Bundesrat, doit se prononcer vendredi sur un projet d'étiquetage des véhicules neufs qui prend en compte la masse du véhicule pour le calcul de leurs émissions de gaz carbonique.
 
Les gouvernements français et italien ont saisi la Commission européenne pour protester contre ce projet, car «il conduirait à brouiller l'affichage principal à l'intention des acheteurs qui est la valeur absolue des émissions de CO2 des véhicules», indique la lettre du gouvernement français dont l'AFP a obtenu copie.
 
«Ces propositions auraient pour effet, sinon pour objet, d'entraver la libre circulation des marchandises en rendant plus complexe voire impossible l'information pertinente de l'acheteur sur l'impact environnemental du véhicule», déplore Paris.
 
«Elles pénalisent clairement non seulement les constructeurs français, mais également les constructeurs italiens concernant leur accès au marché automobile allemand, puisque la classification qui en résulte favorise très fortement les véhicules de forte puissance», soutient la France.
 
Une Porsche Cayenne S hybride qui pèse 2,3 tonnes et produit 190 grammes de CO2 par kilomètre se retrouverait ainsi dans la même catégorie --la Classe B-- qu'une Citroën C3 Hdi 110 FAP pesant 1,11 tonnes et produisant 114 grammes de CO2 au kilomètres, souligne l'argumentaire français.
 
«Le gouvernement allemand devrait reconsidérer le mode de calcul derrière cet affichage mensonger, afin de fournir aux consommateurs une image un peu moins déformée de leur consommation réelle et des émissions polluantes de leur véhicule», a demandé Transport et Environnement.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus