Le biogaz pourrait alimenter la moitié des logements britanniques en 2020

Le 05 février 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pour l’instant, le biogaz issu des centres d’enfouissement de déchets et des stations d’épuration ne pourvoit qu’à 1% du gaz britannique.

Un rapport de National Grid, compagnie d’électricité et de gaz principalement implantée au nord-est des Etats-Unis et en Grande-Bretagne, paru lundi 2 février chiffre à 10 milliards de livres (11,2 milliards d’euros) l’investissement nécessaire pour faire passer cette part entre 5 et 18%.

Le rapport estime que le biogaz pourrait contribuer à plus de deux tiers des objectifs britanniques d’énergie renouvelable, soit 15% en 2020. Et indique que le processus de méthanisation, notamment par fermentation anaérobie (en l’absence d’oxygène), émet beaucoup moins de polluants que l’incinération.

National Grid préconise notamment la création d’un tarif d’achat pour le biogaz plutôt que pour l’électricité issue de la combustion de ce gaz, le premier ayant un meilleur rendement que la deuxième, selon le rapport; la mise en œuvre d’une stratégie pour optimiser la gestion des flux de déchets et améliorer l’énergie tirée de leur gestion.

Le rapport, qui paraît au moment où le gouvernement britannique compte lancer une consultation sur la stratégie à mener en matière de chaleur –47% des émissions britanniques-, a suscité des critiques pour son optimisme et sa volonté de maintenir le contrôle de National Grid sur le réseau britannique du gaz.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus