Le bilan carbone du panier de la ménagère

Le 12 avril 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En moyenne, les produits que nous achetons contribuent à l'émission de 1,4 téCO2 par an.
En moyenne, les produits que nous achetons contribuent à l'émission de 1,4 téCO2 par an.

En 2009, chaque Français a acheté en moyenne 700 kg d’aliments, de boissons et de produits de droguerie, parfumerie et hygiène. «Ce panier d’achats moyen contenait 1,4 tonne équivalent carbone (eq.CO2)», indique une étude du Commissariat général au développement durable. Soit 11,6% du bilan carbone de la consommation des Français [JDLE].

Le contenu eq.CO2 par kg d’achats est, en moyenne, de 2 kg eq.CO2/kg de produit, mais il peut varier dans un rapport de 1 à 25 environ selon la catégorie de produit.

Les fruits et légumes constituent 20% du poids du panier et induisent 7% du contenu carbone des achats. Les viandes représentent 8 % du poids moyen d’un panier d’achats et 23 % de son coût, mais de l'ordre du tiers de son contenu carbone

Par ailleurs, pour une même catégorie de produits, les articles peuvent différer par leur nature ou leur conditionnement. Leur impact carbone diffère selon que le produit est cru ou frais, ou qu’il résulte d’un mélange, d'une préparation ou cuisson, selon qu’il est vendu en vrac ou qu’il est emballé, en conserve, ou surgelé. La moyenne du contenu carbone des légumes frais est inférieure de 35 % à celle des légumes en conserves.

Le contenu carbone par kg de produit découle de la nature, de l’emballage ou encore de la provenance des achats. Le prix au kg traduit en outre le niveau de qualité, la taille des lots achetés ou encore le mode de distribution des produits. Une comparaison de ces valeurs (et du contenu carbone par euro dépensé, qui en résulte) selon les caractéristiques des ménages fournit des indications sur les stratégies et les choix d’achats opérés.

Le contenu carbone par kg d’achats des ménages ouvriers est supérieur de 8 % et les dépenses par kg de produits inférieures de 10 % par rapport à la moyenne ; il en résulte un contenu carbone par euro dépensé supérieur de 20 %.

C’est la situation inverse pour les cadres: contenu carbone par kg inférieur de 10 % et dépenses par kg de produits supérieures de 8 % par rapport à la moyenne, contenu carbone par euro dépensé inférieur de 15 %.

Le contenu carbone annuel du panier d’achats d’un retraité est supérieur de près d’un quart à la moyenne. Il est au contraire nettement inférieur pour un agriculteur (- 23 %) ou un ouvrier (- 15 %).

Dans le cas des agriculteurs, une partie de la consommation alimentaire de légumes, fruits, volailles ou oeufs n’est pas prise en compte dans le panier d’achats du fait de l’autoconsommation. Cela minore en conséquence les émissions réelles de cette catégorie socioprofessionnelle.

Malgré ces considérations, le contenu carbone de la consommation courante des agriculteurs reste vraisemblablement inférieur à la moyenne, les produits autoconsommés étant a priori moins générateurs de CO2 que les produits commerciaux.

Dans le cas des ouvriers, le plus faible niveau de consommation contribue au moindre niveau d’émission par personne.

Enfin, les retraités prennent la plupart de leurs repas à la maison. Leur panier d’achats principalement destinés à être consommés à domicile est donc plus « lourd » en carbone que celui des personnes prenant fréquemment leur repas en dehors du foyer.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus