Le bilan carbone de la fuite d’Elgin

Le 06 avril 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le nuage de gaz autour d'Elgin en infrarouge.
Le nuage de gaz autour d'Elgin en infrarouge.
Greenpeace

A l’heure où les sauveteurs traquent, à leurs risques et périls, la fuite d’Elgin, la question peut paraître saugrenue. Quel est le bilan carbone de l’incident qui prive Total de 2,5 millions de dollars (1,9 million d'euros) de recettes par jour?

Si l’on se réfère aux déclarations de Patrick de la Chevardière, directeur financier du groupe, la plate-forme accidentée relâche environ 200.000 mètres cubes de gaz naturel par jour: de quoi permettre à une centaine de familles de subvenir à leurs besoins énergétiques pendant un an!

Ce gaz naturel est majoritairement composé de méthane, gaz dont le pouvoir de réchauffement global (PRG) est 25 fois supérieur à celui du gaz carbonique.

Total n’a pas encore déterminé la solution technique qui lui permettra de colmater la fuite de gaz. Mais l’option du forage d’un puits de secours semble tenir la corde. Sa mise en œuvre pourrait prendre 6 mois, estime-t-on chez le pétrogazier.

En prenant cette hypothèse, on estime que 200.000 m3 de gaz naturel contiennent une centaine de tonnes de méthane, soit 2.500 tonnes équivalent CO2. Si la fuite dure le temps d’un semestre, Elgin aura relâché dans l’atmosphère près de 500.000 tonnes de gaz carbonique.

Soit environ 1% des émissions annuelles du groupe Total, mais un peu moins que ce que le PNAQ a alloué à la plateforme 535 858 quotas pour 2011.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus