Le bilan 2011 des catastrophes naturelles, selon l’ONU

Le 06 mars 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le tsunami japonais a compté pour plus de la moitié des dégats
Le tsunami japonais a compté pour plus de la moitié des dégats

L’année 2011 a battu tous les records. Les catastrophes naturelles ont coûté plus de 380 milliards de dollars (288 millions d’euros) à l'économie mondiale. L’information a été présentée lundi 5 mars par la représentante spéciale du secrétariat général des Nations unies pour la prévention des catastrophes.

Et selon Margareta Wahlström, le tremblement de terre au Japon, suivi d'un tsunami et d'un accident nucléaire à la centrale de Fukushima, a provoqué à lui seul des dégâts évalués par l'Organisation des Nations unies à 210 Md$ (160 Md€). L’ONU estime par ailleurs que 50% de la population mondiale vit dans des zones à risques. Et sa représentante de constater qu’être préparé aux risques permet de réduire la facture humaine.

Le montant total de 380 Md$ est «un minimum» et dépasse de 75 % le précédent record datant de 2005, année de l'ouragan Katrina aux Etats-Unis, précise Margareta Wahlström.

En 2011, les tremblements de terre au Japon et en Nouvelle-Zélande et les inondations en Thaïlande et dans d'autres pays ont fait grimper la facture. «Les séismes sont les catastrophes les plus meurtrières et les plus coûteuses», souligne Margareta Wahlström lors d'une conférence de presse marquant le premier anniversaire du séisme qui a frappé le Japon le 11 mars 2011. D’autres phénomènes naturels ont coûté cher, comme les inondations en Thaïlande, pour laquelle 40 Md$ (30 Md€) ont été dépensés.

 «Le nombre des victimes a tendance à baisser en proportion lorsque les pays améliorent leurs systèmes de surveillance et d'alerte, explique Margareta Wahlström. Mais l'impact économique des catastrophes devient une menace majeure pour un certain nombre de pays

Entre 1999 et 2011, 73.000 kilomètres de routes ont été endommagés par des catastrophes et 64.000 écoles ont été détruites dans 19 pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, selon représentante spéciale de l’ONU.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus