Le bien-être animal ne se résume pas au temps de transport

Le 16 mai 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les eurodéputés veulent aller plus loin sur le bien-être animal
Les eurodéputés veulent aller plus loin sur le bien-être animal

Dans le cadre de la commission Agriculture, de nombreux eurodéputés se mobilisent pour développer les mesures protégeant le bien-être animal, au-delà d’une durée minimale de transport.

Un temps de transport réduit à 8 heures a été adopté lors d’une déclaration du Parlement du 15 mars 2012, mais les parlementaires estiment qu’il faut aller plus loin et compléter le dispositif par un soutien accru aux abattoirs locaux et aux usines de transformation de la viande, une modernisation des véhicules de transport et un contrôle complet des règles existant dans l’Union européenne.

«Le débat sur la limite de transport à 8 heures aborde le sujet du mauvais côté», résume le député britannique John Stuart Agnew (Groupe Europe libertés démocratie). Selon lui, les conditions du transport sont plus importantes que la durée du voyage. «Ces conditions doivent être spécifiques aux espèces, et des règles différentes sont nécessaires pour les bovins et les ovins, la volaille et les porcins», complète la députée allemande Britta Reimers (Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe). Des nouvelles règles qui devront être accompagnées d’un contrôle accru des poids lourds, affirment de concert les parlementaires.

Plutôt qu’un contrôle accru grâce au GPS –une idée de la députée suédoise Marit Paulsen (Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe)-, le Britannique Alyn Smith (Verts) rappelle que le problème doit être résolu à la racine. «Nous devons soutenir les abattoirs locaux afin que les animaux ne voyagent pas sur de longues distances, mettre en place de meilleurs systèmes de ventilation dans les poids lourds, et analyser les aides publiques et les mesures d’hygiène qui favorisent les entreprises de plus grande taille», analyse-t-il.

Ce débat doit se poursuivre en Commission parlementaire les 9 et 10 juillet, et en séance plénière en septembre.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus