Le BEE demande l’interdiction de l’hexafluorure de soufre

Le 28 juin 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Poste-source d'ERDF tranformant la haute en moyenne tension
Poste-source d'ERDF tranformant la haute en moyenne tension

Le Bureau européen de l’environnement (BEE) demande l’interdiction en Europe de l’hexafluorure de soufre (SF6). Ce gaz est notamment utilisé dans l’appareillage électrique à moyenne et haute tension en raison de son pouvoir de soufflage d’arc électrique et de sa qualité d’isolant (sa rigidité diélectrique est 2,5 fois supérieure à celle de l’air).

Son principal défaut est en effet d’être un gaz à effet de serre ultra puissant. Son impact est 22.800 fois supérieur à celui du CO2 et sa durée de vie atmosphérique est supérieure à 3.000 ans selon le Centre interprofessionnel technique d’étude de la pollution atmosphérique (Citepa).

Le BEE appuie sa demande d’interdiction sur une étude menée par le cabinet néerlandais CE Delft, qui conclut que dans la majorité des appareils à moyenne tension (inférieures à 50 kilovolts -kV)  utilisant du SF6, des options alternatives sont disponibles (comme un isolant solide ou le vide), et cela sans surcoût. L’an dernier, une étude menée par l’institut de recherche Oko avait au contraire mis en évidence la facture importante liée à sa suppression.

Selon ERDF, on trouve du SF6 dans deux types principaux d’équipements: les postes sources transformant la haute en moyenne tension et les postes changeant la moyenne en basse tension. Concrètement, le gaz se loge dans les disjoncteurs et tout au long des câbles qu’ils isolent. Richard Lejeune, en charge du département Environnement, rappelle que le règlement européen de 2008 dit F-Gas oblige à produire un reporting précis des émissions et un contrôle des équipements. Le réseau français émet ainsi environ 350 kg de SF6 par an dus aux fuites. Mais si la réflexion est lancée pour le remplacer dans certains postes, la facture serait rédhibitoire.

Introduit sur le marché il y a 30 ans, le SF6 a déjà été interdit par l’Union européenne dans la fabrication des doubles vitrages, des balles de tennis, des chaussures et des pneus.

Il fait partie des trois groupes de gaz fluorés (ou F-gas) visés par le protocole de Kyoto, avec les hydrofluorocarbures (HFC) et les perfluorocarbures (PFC).

Plusieurs ONG se sont associées à la demande du BEE, comme Natuur & Milieu, le WWF, Greenpeace, et Can-Europe. Selon l’association néerlandaise, 400 tonnes de SF6 sont émises chaque année dans l’Union européenne, ce qui équivaut à plus de 9 millions de tonnes de CO2 ou encore l’émission annuelle de 4 millions de voitures.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus