Le bâtiment ne joue toujours pas la carte de l’efficacité

Le 25 septembre 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La rénovation énergétique du bâtiment doit être LE chantier du Grenelle de l’environnement. Le projet de loi Grenelle I vise les 50 kilowattheures par mètre carré (kWh/m²) en 2010 pour le public et 2012 pour le privé. «Nous avons besoin d’outils pour concrétiser cette prise de conscience», a rappelé Matthieu Orphelin, directeur de cabinet de la présidence de l’Ademe, lors de la présentation, mercredi 24 septembre, du baromètre 2008 de la communication sur l’éco-performance des bâtiments.

Réalisé avec le soutien de l’Ademe par Novethic, filiale de la Caisse des dépôts, ce baromètre note la qualité de la communication de 34 acteurs-clés (1) –foncières, promoteurs et gestionnaires d’actifs immobiliers– à l’aune des performances énergétiques et émissions de CO2 des bâtiments qu’elles produisent, vendent, louent ou gèrent. Sont donc exclus les paramètres tels que «l’énergie grise» utilisée en amont du bâtiment fini, le choix de matériaux sains pour la santé et peu énergivores, l’étalement urbain…

Malgré la prise de conscience censée avoir été amorcée par le Grenelle, les résultats sont édifiants. Et laissent dubitatifs quant à l’atteinte de l’objectif de 50 kWh/m² pour le neuf. Seules deux de ces entreprises donnent des informations chiffrées sur les consommations énergétiques de leurs produits, selon ce baromètre. 12% seulement tiennent compte du facteur 4 (2), ce qui n’empêche pas l’une d’entre elles d’être mal notée.

La situation est encore pire pour le patrimoine existant, puisqu’aucune de ces 34 entreprises n’est capable de donner d’information sur les performances, ou insuffisances, de leur parc. En moyenne, les promoteurs s’en sortent mieux que les foncières, qui elles-mêmes ont un meilleur score que les gestionnaires d’actifs immobiliers: aucun des 9 concernés ne fournit d’information sur ses actifs.

(1) Soit 9 promoteurs (Crédit Agricole Immobilier, Orco, Nexity, Icade, Altaréa, Eiffage, Vinci, BNP Paribas (Meunier), Bouygues Immobilier), 16 foncières (Orco, Foncière des murs, Orpéa, ANF, Altaréa, FDL, Mercialys, Aéroports de Paris, Foncière des régions, Icade, Klépierre, Silic, Société foncière lyonnaise, Accor, Gecina, Unibail Rodamco) et 9 gestionnaires d’actifs (Nexity, Orco, BNP Paribas AM, CM-CIC-AM, Dexia AM, Natixis (AEW et NAMI), Société générale AM, Crédit Agricole AM, AXA REIM). Seules des entreprises cotées à Euronext Paris et leurs filiales dont la valorisation est supérieure à un milliard d’euros ont été choisies. Sont donc exclus, par exemple, certains constructeurs, groupes de distribution…

(2) Division par 4 les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus