Le bassin de l’Adour enclenche sa transition climatique

Le 11 juin 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les ressources en eau déclineront jusqu'à 40% en été d'ici à 2050
Les ressources en eau déclineront jusqu'à 40% en été d'ici à 2050

Lancée il y a trois ans, l’étude Adour 2050 se conclut ce 11 juin avec la présentation d’une longue liste d’actions d’adaptation au réchauffement climatique. Une transformation en profondeur pour les acteurs de l’eau, l’agriculture, l’aménagement du territoire, l’industrie, le tourisme et l’énergie.

Place à l’action. Dans le bassin de l’Adour, l’heure n’est plus au diagnostic ni à la prospective. Les acteurs locaux savent qu’en 2050, le mercure aura grimpé de 1 à 1,5 degré Celcius (jusqu’à 2 °C dans les Pyrénées). Les canicules seront plus fréquentes et les ressources en eau auront régressé de 40% en été si l’on suit la tendance actuelle.

 

Un pilote dans l’adaptation

Au contraire, l’institution Adour -un établissement public interdépartemental[1] financé en priorité par l’Agence de l’eau Adour-Garonne- a décidé d’enclencher une stratégie d’adaptation ambitieuse en associant les secteurs de l’eau, de l’agriculture, de l’industrie, de l’aménagement du territoire, du tourisme et de l’énergie. Deux scénarii assez proches ont été retenus en mai par un comité de pilotage composé des principaux acteurs du territoire : 4 départements, 2 régions, Agence de l’eau, préfet de bassin, etc. «L’objectif principal est d’aboutir à une utilisation plus sobre de la ressource en eau et à une évolution de l’aménagement urbain en lien avec les espaces naturels», résume Mathilde Chaussecourte, chargée de mission à l’institution Adour.

 

Moins c’est mieux

En matière d’eau, priorité est donnée aux économies de consommation qu’il s’agisse des particuliers (via une tarification incitative), des agriculteurs (sélection de variétés moins gourmandes en eau, irrigation plus performante, réduction des pesticides, soutien à l’agriculture biologique et à l’élevage extensif, développement des circuits courts) et des industriels. Citée, la création de réservoirs artificiels ne sera pas acceptée localement pour la seule alimentation de quelques producteurs céréaliers, comme l’a démontré l’affaire du barrage de Sivens.

Deuxième priorité: augmenter les ressources par la réutilisation des eaux usées (stations d’épuration par exemple) et la récupération des eaux de pluie.

Côté aménagement, l’adaptation ne sera au rendez-vous qu’avec une interdiction forte de construire en zone inondable. Un programme complété par une limitation de l’imperméabilisation des sols, l’essor de procédés favorisant l’infiltration des eaux pluviales (espaces enherbés), une végétalisation accrue dans la ville et de nouveaux projets d’agriculture urbaine. Plus largement, les collectivités devront accentuer la préservation des espaces naturels et en particulier des zones humides.

 

Tous ensemble

Cette feuille de route s’appuie aussi sur un principe d’économie circulaire, pour limiter les déchets et les pollutions des ressources en eau, et sur une solidarité entre les territoires: urbains/ruraux, amont/aval, touristiques ou non.

Par ailleurs, les mauvaises actions d’adaptation seront traquées. Exit donc le recours à la climatisation et le dessalement d’eau de mer, trop gourmands en énergie, ou encore la plantation d’espèces d’arbres non résistances à de fortes températures. 

 

Echelle réduite

«Le territoire de l’Adour est si varié que les actions doivent être menées à une échelle réduite. Il existe des zones littorales, de montagne et un vaste territoire de plaine. Mais tous ces acteurs doivent aller dans la même direction, en étant accompagnés tout au long de leur adaptation par des outils réglementaires et notamment les plans locaux d’urbanisme (PLU), les schémas de cohérence territoriale (SCOT) et les plans climat air énergie territoriaux (PCAET)», conclut Mathilde Chaussecourte. Objectif: une transition observée dans les faits d’ici à 2035.

 

 

 

 

 

 



[1] Il regroupe 4 départements : Hautes-Pyrénées, Gers, Landes et Pyrénées Atlantiques



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus