Le bœuf européen va revoir les Etats-Unis

Le 07 novembre 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Après 15 ans de fermeture, les Etats-Unis vont rouvrir leurs frontières à la viande de bœuf européenne, a annoncé le 1er novembre le département américain à l’agriculture (USDA) dans un communiqué.

Cette fermeture à la viande européenne (bovins, ovins, caprins) remonte à janvier 1998, en pleine crise de la vache folle. Elle allait bien au-delà de ce qui est nécessaire quant à la prévention de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB): était aussi concernée la viande désossée, pourtant considérée comme sans risque sanitaire par l’Organisation internationale de la santé animale (OIE).

Dans son communiqué, l’USDA, ou plutôt son service d’inspection de la santé des animaux et des plantes (APHIS), indique finaliser un nouveau règlement sur les importations de viande bovine, qui respectera les critères de l’OIE.

Ce texte, qui vient régler l’un des nombreux litiges alimentaires entre les Etats-Unis et l’UE (bœuf aux hormones, OGM, traitements chimiques de la viande, etc.), devrait prochainement être publié au Federal Register, et sera effectif 90 jours plus tard, indique l’APHIS.

Annonce «bienvenue, mais tardive»

Dès le lendemain, la Commission européenne  se réjouissait de cette annonce: «la réouverture du marché, quoique tardive, est une décision positive qui entraînera l’abolition d’une interdiction injustifiée et le rétablissement de conditions commerciales normales», déclare-t-elle dans un communiqué.

«L’UE s’attend à ce que les États-Unis lèvent également les dernières restrictions à l’importation de produits issus d’ovins et de caprins en provenance de l’UE et à ce qu’ils rendent leurs conditions d’importation pleinement conformes aux normes internationales dans un avenir proche», poursuit la Commission.

La décision américaine intervient à un moment tendu des relations transatlantiques, entachées d’un retentissant scandale d’espionnage, et alors que les négociations sur un accord de libre-échange doit reprendre le 11 novembre.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus