Le 9e programme de l’Agence de l’eau Artois-Picardie

Le 07 mars 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
-goutte_eau
-goutte_eau

Le but est de répondre aux obligations imposées par les directives européennes, que ce soit en matière d’assainissement ou de bon état écologique des eaux.

Le montant global des recettes prévu pour la période 2007-2012 est de 946,5 millions d'euros, dont 790,6 millions de redevances. «Lors des débats, nous avons beaucoup discuté avec le monde agricole. Il n'y a pas eu de conflit, et nous avons abouti à un compromis satisfaisant, même si les associations de consommateurs trouvent que les agriculteurs ne paient pas assez et que le prix de l'eau augmente trop», explique Alain Strébelle, directeur de l'Agence de l'eau Artois-Picardie. Le seul point de difficulté est, selon lui, venu de quelques élus au sujet des aides à l'assainissement non collectif. En effet, seule une partie du territoire, où l'impact sur les eaux de baignade est important, en bénéficiera. «Les élus ruraux voulaient que tout le territoire soit éligible, mais nous n'en avions pas les moyens», précise Alain Strébelle. 

 «En Artois-Picardie, le problème n'est pas la rareté, mais le maintien de la qualité de l'eau», explique Alain Strébelle. En effet, le bassin étant plat, les cours d'eau ont un débit faible et l'effet de dilution est moindre, ce qui oblige à des traitements importants des eaux avant leur rejet dans le milieu naturel.

La participation financière de l'agence à la réalisation des travaux sera de 927 millions d'euros dans le cadre du 9e programme. Achever la mise en conformité des stations d'épuration est une priorité, conformément à la directive eaux résiduaires urbaines (ERU). «Pour les échéances de 1998 et 2000, tous les travaux ont été engagés, mais pas pour celle de 2005 (1)» Tous les travaux concernant cette dernière échéance et qui ne seront pas engagés avant le 31 décembre 2010 feront l'objet d'une réduction des aides de la part de l'agence.

Parmi les autres actions prévues par le 9e programme, on notera le projet d'engager 100% des procédures de protection de captage d'ici fin 2010, et 50.000 hectares de cultures dans des mesures agro-environnementales. L'entretien d'un minimum de 500 hectares de zones humides par an est également prévu, ainsi que la restauration de 1.000 hectares sur la durée du programme.

Le produit global annuel des redevances augmentera de 30% entre 2007 et 2012, dont 20% sur la base actuelle des redevances (soit +3,3% par an en moyenne), et 10% liés aux nouvelles redevances introduites par la loi sur l'eau et les milieux aquatiques. 9% des redevances de pollution concerneront la pollution industrielle et 2% la pollution agricole. Au final, selon l'agence, l'impact de l'augmentation des redevances sera en moyenne inférieur à 0,7% par an sur la facture d'eau des ménages.

Malgré toutes ces projets, l'agence sait déjà que l'objectif du bon état écologique d'ici 2015 de la directive cadre sur l'eau sera difficile à atteindre.



(1) L'échéance de 2005 concerne les agglomérations dont l'équivalent habitant (EH) se situe entre 2.000 et 15.000




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus