Le 3è centre de tri du Syctom inauguré à Nanterre

Le 27 octobre 2004 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Un nouveau centre de tri parisien a été inauguré hier à Nanterre par le Syctom afin de répondre à une augmentation de la collecte sélective. Depuis juillet, les déchets ménagers d'un million de franciliens sont triés avant d'être envoyés vers des filières de recyclage.

Un nouveau centre de tri francilien a été inauguré à Nanterre hier matin par le président du Syndicat intercommunal de traitement des ordures ménagères (Syctom) de l'agglomération parisienne, François Dagnaud, en présence de plusieurs élus et du ministre de l'Ecologie et du développement durable, Serge Lepeltier. Fonctionnant depuis juillet, ce centre répond à une augmentation de la collecte sélective. Exploité par Generis-Onyx, il prend en charge les déchets ménagers d'environ un million d'habitants de communes du département des Hauts-de-Seine, des 15è, 16è et d'une partie du 17è arrondissement de Paris. D'une capacité annuelle de 30.000 tonnes à son ouverture, le centre pourra bientôt gérer 40.000 tonnes de déchets, en particulier les journaux-magazines, emballages-cartons, plastiques, aciers, aluminium et papiers de bureau. 70% seulement sont dirigés vers des entreprises qui les valorisent, comme Arcelor pour l'acier ou les Papeteries Matussière et Forest pour les emballages des liquides alimentaires. Le reste est incinéré.

D'un coût global de 22 millions d'euros, le centre de Nanterre a été financé en partenariat par le Conseil régional d'Ile-de-France pour 20%, le Conseil général des Hauts-de-Seine pour 460.000 euros et de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) pour 316.000 euros. La Caisse régional d' assurance maladie d'Ile-de-France (Cramif) a également participé à hauteur de 30.000 euros. Cette unité a été construite en tenant compte des exigences en matière de haute qualité environnementale (HQE). Une charte formalisant les engagements du Syctom en matière de développement durable avait été signée avec la mairie de Nanterre en mai 2003. Des capteurs solaires ont notamment été mis en place afin de couvrir 50% des besoins en eau chaude sanitaire. L'énergie est économisée grâce à un système informatique de gestion technique des bâtiments. Ce système centralise plusieurs fonctionnalités utilisant de l'énergie comme la ventilation, l'éclairage, le fonctionnement des armoires électriques, etc. Autre innovation: un mur du centre a été réalisé en carreaux de céramique conçu à partir du ceramiom. Cette matière est issue de mâchefers d'incinération de déchets ménagers mélangés avec d'autres matières premières. Le Syctom a aussi travaillé avec l'université Paris V et la Cramif sur l'ergonomie des postes des employés pour diminuer la pénibilité de leurs tâches. Le syndicat réfléchit actuellement à un abandon du transport routier pour une alternative fluviale pourtant plus coûteuse. La solution passe par une mutualisation des besoins des différents centre de tri parisien, et donc des efforts de logistique. Une fois les difficultés administratives et techniques surmontées, l'acheminement des déchets par la Seine pourrait être mis en place en juin 2006.

En 10 ans, l'agglomération parisienne a connu une augmentation du tonnage des déchets par habitant de 21%, il s'élève aujourd'hui à 486 kilos par an. Le Syctom de l'agglomération parisienne traite et valorise désormais 2,7 millions de tonnes de déchets ménagers produits par 5,5 millions d'habitants dans ses 89 communes adhérentes, réparties sur 5 départements.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus