Lancement d’une étude sur les POP et les changements climatiques

Le 16 mars 2010 par Gaëlle Fras
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le Secrétariat de la Convention de Stockholm du programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) a annoncé le 12 mars le lancement d'une étude visant à analyser l'influence des changements climatiques et des polluants organiques persistants (POP) sur la santé humaine et l'environnement. Son annonce survient à l’issue de la 5e Conférence ministérielle européenne sur l'environnement et la santé, qui a eu lieu du 10 au 12 mars à Parme, en Italie.

Cette étude sera menée par Fatoumata Keita-Ouane, une scientifique du Pnue, et impliquera plus de 10 organisations, dans 5 pays, chargées d'examiner les dernières découvertes scientifiques sur l'évaluation des POP. Certaines données suggèrent en effet que, l’élévation des températures pourrait rendre la faune plus sensible à certains polluants. Par ailleurs, les risques de ces polluants, en combinaison avec d'autres facteurs, tels que le nombre croissant de vecteurs de maladies et de déficiences immunitaires, pourraient aussi avoir un effet préjudiciable sur certains organismes. En outre, une augmentation des niveaux de POP libérés lors des fontes de glace et de neige où ils sont emprisonnés, résultant du changement climatique, augmenterait la vulnérabilité des organismes exposés, y compris ceux des êtres humains, directement ou à travers la chaîne alimentaire.

Plus de 20 substances sont déjà interdites par la Convention de Stockholm sur les pesticides et les produits chimiques industriels dangereux.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus