Lampes fluorescentes et santé : le débat est relancé

Le 24 juin 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le débat sur les éventuels effets sanitaires des lampes fluorescentes compactes(LFC) a été relancé par la publication d’une étude de l’Ademe jeudi 24 juin. Commandité par l’Ademe et réalisé par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) sur la base d’un protocole de l’Afsset, ce rapport a été présenté, le 7 juin, aux parties prenantes (Criirem, Afsset, représentants des entreprises de l’éclairage).

« Suite à une alerte sur le risque potentiel des lampes LFC, lancée notamment par le Criirem, cette étude visait à rassurer le public, et afin de ne pas freiner la pénétration des LFC sur le marché», explique Bruno Lafitte, ingénieur Ademe et auteur de l'étude. Pour rappel, les ampoules à incandescence, dont la vente sera interdite en 2012, doivent être progressivement remplacées par des lampes moins énergivores, comme les LFC majoritaires sur le marché. En 2008, 68% des ménages français étaient déjà équipés par au moins une ampoule LFC.

Les résultats de l’étude ont été divulgués par le Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques (Criirem) dans un communiqué alarmiste du 17 juin.

«  En moyenne sur 300 lampes fluorescentes compactes testées les valeurs mesurées à 30 cm varient de 6 à 63 V/m, voire jusqu’à 80 V/m intervalle de confiance compris», indiquait le Criirem. Or, ces valeurs dépassent la norme française de compatibilité électromagnétique de 10 V/m (pour prévenir les interactions entre appareils électriques) et se révèlent proches du seuil de sécurité sanitaire européen de 87 V/m (1) (pour   prévenir les effets aigus sur la santé), selon le Criirem.

L’étude a consisté à mesurer   les champs électromagnétiques émis par 100 lampes LFC commerciales à une distance de 30 cm minimale. «Compte tenu des incertitudes associées, toutes les lampes testées sont conformes aux valeurs limites d’exposition de la réglementation», indique l’Ademe. En moyenne sur toutes les lampes testées, la valeur du champ électrique à une distance de 30 cm vaut 15,2 V/m, soit 17,4 % de la valeur limite d’exposition. La valeur de champ électrique maximum mesurée était de de 63,4 V/m, pour la lampe la plus puissante (30 Watts) soit 72 % de la valeur limite d’exposition.  La valeur efficace du champ magnétique est inférieure à 0,07 A/m, soit 1, 4 % de la valeur limite d’exposition.

 « La polémique provient du fait que l’Ademe n’a pas voulu faire de  mesures à moins de 30 cm des lampes, pour des raisons fallacieuses, explique Pierre Le Ruz, président du Criirem, alors même qu’un rapport de l’Institut fédéral suisse de technologie de Zürich, de mars 2010 montre des valeurs à 15cm des LBC comprises, entre 90 et 400 V/m, au dessus des normes de l’UE». Le Criirem maintient donc sa mise en garde de 2007 sur lesdites lampes et alerte les personnes qui les utilisent comme lampes de chevet ou de bureau, ainsi que les porteurs d’implants médicaux électroniques susceptibles d’être victimes d’incidents techniques et d’effets sanitaires.

 « En deçà de 30 cm, la méthodologie adoptée par cette étude ne permet pas de mesures fiables et d'en tirer des conclusions. Un protocole de mesure plus complexe est alors nécessaire », fait valoir l’Ademe.   Prudente, l'Agence recommande néanmoins « de respecter une distance minimale de 30 cm entre l'utilisateur et la lampe dans le cas d'une utilisation prolongée (poste de travail, lieu de repos). »

 

 (1) Recommandation du Conseil de l’UE du 12 juillet 1999 relative à la limitation de l'exposition du public aux champs électromagnétiques (de 0 Hz à 300 GHz) et reprise dans le décret n°2002-775 du 3 mai 2002 relatif aux valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus