La Wallonie investit dans la dépollution de ses sites pollués

Le 14 février 2006 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le 10 février, Benoît Lutgen et André Antoine, respectivement ministre wallon chargé de l'environnement et du développement territorial, ont annoncé que le gouvernement wallon avait décidé de débloquer de 112 à 115 millions d'euros par an pour dépolluer ou réhabiliter d'ici 2009 des sites industriels désaffectés situés en Wallonie. Partant d'une liste de 190 sites dressée par la Société publique d'aide à la qualité de l'environnement (Spaque), le gouvernement a ainsi choisi 50 sites à dépolluer, dont 27 prioritaires, soit 2,5 fois plus que durant la période 1999-2004. Parmi ces 27 sites, sélectionnés en fonction de leur type de pollution et de leur milieu environnant, 15 sont considérés de première priorité, tels Carcoke à Saint-Ghislain, UCB au Roeulx, Boma à Charleroi et une centrale Electrabel à Farciennes. 12 autres sites, dont les cokeries d'Anderlues ou les Glaceries Saint-Roch à Floreffe, devraient également faire l'objet d'une caractérisation par la Spaque afin de confirmer des présomptions de pollution. On rappellera qu’en décembre 2005, une liste de 103 sites dont la réhabilitation paysagère et environnementale (SRPE) est estimée d'intérêt régional, avait été dressée. Ainsi, près de 450 millions d’euros seront au total consacrés à la dépollution et/ou à la réhabilitation de ces différents sites.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus