La voiture, pourtant en perte de terrain, reste reine

Le 19 janvier 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Depuis 2000, la circulation automobile ralentit. Parallèlement, l'offre de transports collectifs se développe et leur fréquentation augmente.

Le chiffre est éloquent: 83% du transport intérieur des ménages se fait encore en voiture. «L'automobile est reine dans les milieux non urbanisés, pour les déplacements interurbains ou de banlieue à banlieue en région parisienne», note la dernière étude du service Economie, services et prospectives (SESP) du ministère en charge des transports et de l'équipement. Pourtant, alors que la circulation des voitures particulières avait progressé de 2% par an en moyenne au cours des années 1990, sa croissance ralentit fortement depuis le début de la décennie (+0,6% par an depuis 1999). Assisterions-nous à une petite révolution? Pour la première fois depuis 1974, date du premier choc pétrolier, la circulation automobile a baissé en 2005, parallèlement à l'augmentation du prix du baril de pétrole. Elle s'est stabilisée depuis.

En même temps que la voiture, mode de transport préféré des Français, commence tout juste à être boudée, tous les autres modes de transport sont en hausse et notamment les transports express régionaux (TER). L'offre en transports collectifs se développe et leur fréquentation augmente constamment depuis 1996. Ce sont principalement les transports ferroviaires (trains et métro) qui contribuent à cette croissance (+2,8 par an du nombre de voyageurs-kilomètres sur la période 1996-2005 <1>). La progression des transports collectifs urbains (TCU), tous modes confondus, est forte depuis 10 ans (+3,4% par an entre 1996 et 2005). Le transport par bus est en augmentation (+0,8%), particulièrement à Paris (1,5%). En 2006, les augmentations de la circulation sur les autoroutes sont compensées par le recul enregistré sur les routes nationales.

La progression du rail sur les longs trajets est forte sur la période 1996-2005 (+2,8% par an en voyageurs-kilomètres) grâce aux TGV (+6,2% par an) dont les lignes se sont diversifiées ces 15 dernières années. La progression du transport ferroviaire, TGV et grandes lignes, s'effectue en partie au détriment du mode aérien sur les destinations pour lesquelles les deux modes sont en concurrence.

Mais c'est le transport aérien de voyageurs à l'international qui connaît la croissance la plus soutenue tout au long des 15 dernières années. L'année 2004 marque un retour à une forte croissance (+9,6%) confirmée en 2005 (+7,8%) après les trois années de stagnation qui ont suivi le 11 septembre 2001.



(1) D'après la terminologie définie au niveau international, le transport s'exprime en voyageurs-kilomètres. Ainsi, le transport de deux voyageurs sur trois kilomètres représente six voyageurs-kilomètres.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus