La ville de Dijon sommée d’agir contre la pollution de l’air

Le 12 février 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'association «Stop au Ralenti» rapporte que chaque année des dizaines de millions de m3 de gaz d'échappement qui partent en fumée inutilement dans l'agglomération Dijonnaise.
L'association «Stop au Ralenti» rapporte que chaque année des dizaines de millions de m3 de gaz d'échappement qui partent en fumée inutilement dans l'agglomération Dijonnaise.

L’association «Stop au Ralenti» a lancé mardi 11 février une action en justice contre la ville de Dijon «pour carence fautive contre la pollution de l'air », rapporte France Bleue Bourgogne. Elle reproche à la ville de ne rien faire contre les moteurs qui tournent au ralenti.

 

A Dijon, la moutarde monte au nez de l’association « Stop au Ralenti ». Par l’intermédiaire de son avocat Maître David-André Camous, elle a remis à la mairie, une mise en demeure. L’association reproche à la municipalité son inaction pour «limiter et cadrer la pollution de l'air émise par les moteurs qui tournent inutilement au ralenti», stipule un communiqué de l’association. Une action qui se veut pédagogique et préventive selon « Stop au Ralenti ».

Interviewé par France Bleue Bourgogne, Robert Boennec, président de l’association, propose des solutions «simples et peu onéreuses». «On leur demande d'agir en disposant des panneaux de sensibilisation devant les grilles des écoles. On leur demande que les conducteurs de la mairie, de la Métropole soient formés en éco-conduite. On souhaite également que soient développées les infrastructures électriques pour que les camions frigorifiques dans la ville puissent se brancher à l'électricité plutôt que leurs moteurs tournent durant des dizaines de minutes devant certains commerces».  

135 euros d’amendes

En parallèle, "Stop Ralenti" a organisé une action de prévention place de la Libération. Elle a installé des ballons censés représenter la quantité les gaz d'échappement relâchés dans l'atmosphère. «Chaque année se sont des dizaines de millions de m3 de gaz d'échappement qui partent en fumée inutilement dans l'agglomération Dijonnaise», précise le communiqué.

En France, la ville de Sceaux (92) a pris un arrêté municipal qui sanctionne les automobilistes qui ne coupent pas leurs moteurs. Maître David-André Camous demande que la mairie inhume un arrêté du même ordre, datant du 12 novembre 1963.  Il précise que «les véhicules en stationnement doivent avoir leur moteur arrêté sauf en cas de nécessité». En cas de non-respect, le contrevenant s’exposerait à une amende de 135 euros. Si la mairie ne devra pas s’acquitter de cette contravention, elle a deux mois pour répondre à la mise en demeure. Passée cette date, le tribunal administratif sera saisi.