La viande de brousse, un risque de maladies émergentes

Le 18 janvier 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La viande de brousse est souvent porteuse de virus animaux, dont certains transmissibles à l’homme, confirme une étude publiée dans la revue PLoS ONE.


La viande de brousse est le produit du braconnage d’animaux sauvages d’Afrique. L’importation en est strictement interdite, la survie de ces espèces étant souvent menacée. Mais là n’est pas l’unique raison de cette prohibition: il existe aussi un risque microbiologique, en particulier avec les singes, dont les virus sont proches de ceux présents chez l’homme.
 

L’exemple le plus célèbre en est le SIV (Simian Immunodeficiency Virus), dont on pense qu’il est passé à l’homme lors de chasses au chimpanzé, se transformant en VIH (Virus de l’immunodéficience humaine), agent du sida. Il n'est pas exclu que cela se reproduise, selon l’étude menée sur 28 colis postaux saisis dans 5 aéroports américains par des chercheurs de la Columbia University (New York) et des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).
 

La viande qu’ils ont analysée provenait de 44 animaux, dont 9 singes (2 chimpanzés, 2 mangabeys et 5 cercopithèques) originaires de Guinée, du Nigeria et du Liberia [1]. Parmi ces singes, les chercheurs ont retrouvé 4 virus de type SFV (Simian Foamy Virus) et deux Herpesvirus, tous transmissibles à l’homme, qu’ils infectent de manière latente. En revanche, aucune trace de virus SIV ou STLV (Simian T-Lymphotropic Virus, à l’origine de leucémies), absence peut-être liée au faible nombre d’échantillons analysés.
 

Les Etats-Unis sont l’un des principaux consommateurs de viande de brousse importée, et l’on estime à 25.000 tonnes la quantité moyenne qui y entre chaque année, rappellent les auteurs. Selon d’autres estimations, 273 tonnes arrivent chaque année à l’aéroport Charles-de-Gaulle par les seuls vols d’Air France.
 

[1] Les 35 autres animaux, qui n’ont pas été analysés par les chercheurs, sont des rongeurs, pour la plupart des aulacodes (ou «rats des roseaux»), espèce élevée pour sa viande.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus