La Turquie refuse un bateau amianté mexicain

Le 25 août 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Selon l'AFP, la Turquie a refusé, jeudi 24 août, l'accès de ses eaux territoriales à l'Otopan, un navire battant pavillon mexicain qui devait gagner un chantier naval turc pour y être désamianté, car il transporte une quantité trop élevée d'amiante, a affirmé le ministre turc chargé de l'environnement. Le bâtiment, bloqué à Amsterdam depuis 1999, a quitté les Pays-Bas le 25 juillet pour gagner le chantier d'Aliaga, près d'Izmir (ouest). «Notre ministère a été informé par (...) le ministère chargé de l'environnement néerlandais que, d'après les analyses effectuées, la quantité d'amiante sur l'Otopan est supérieure à celle annoncée», a déclaré Osman Pepe à des journalistes lors d'un déplacement à Rize (nord-est). «Sur ce, nous avons informé que nous refusons le navire Otopan. Il ne pénètrera donc pas dans les eaux territoriales turques», a poursuivi le ministre, cité par l'agence de presse Anatolie.

La Turquie avait demandé mi-août aux Pays-Bas de confirmer que le navire comportait seulement une tonne d'amiante, comme indiqué dans une notification précédente, faute de quoi il serait refoulé des eaux territoriales turques. Selon la branche turque de l'organisation de défense de l'environnement Greenpeace, l'Otopan, en mauvais état au point de devoir être remorqué pour atteindre les abords de la Turquie, comporte 10 tonnes d'amiante et non une seule. La Turquie a déjà été échaudée par l'affaire du MV Ulla, un navire battant pavillon de Saint-Vincent (Caraïbes) qui a sombré en 2004 avec 2.200 tonnes de cendres toxiques d'origine espagnole dans le port d'Iskenderun (sud), où il était immobilisé depuis quatre ans en raison d'une bataille juridique. L'Otapan appartient à la fois à l'Etat néerlandais et à Basilisk, une compagnie spécialisée dans le rééchelonnement et le recouvrement de dettes.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus