La TPL encore retardée?

Le 29 août 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La tenue de l'objectif du 1er octobre n'est pas gagnée.
La tenue de l'objectif du 1er octobre n'est pas gagnée.
DR

Ecomouv', la société chargée de l’enregistrement des poids lourds et de la collecte de l’éco-taxe, peine à faire face à l’ampleur de la tâche. Ce qui pourrait retarder l’entrée en vigueur du dispositif.

Rarement sujet environnemental se sera autant paré de la peau du serpent de mer. Et pourtant, l’entrée en service du système devant permettre à l’Etat de collecter l’éco-taxe Poids lourds (TPL) pourrait, une nouvelle fois, être différée.

1,2 Md€ prévu pour 2014

Officiellement lancée le 19 juillet dernier, après 6 ans d’atermoiements, l’éco-taxe devait initialement s’appliquer à partir du 1er octobre prochain. Dans le principe, la TPL est payée par l’utilisateur ou le propriétaire de chaque camion affichant plus de 3,5 tonnes sur la bascule. Selon les prévisions, la taxe devrait rapporter 1,2 milliard d'euros en 2014, dont 800 millions seront versés à l’Etat pour investir dans les transports, via l’Agence de financement des infrastructures de transport de France, 200 M€ aux collectivités locales gestionnaires des routes empruntées et 200 M€ à Ecomouv’, la société privée (appartenant à la holding familiale de la famille Benetton) à laquelle l’Etat a délégué la conception et l’exploitation du système.

160.000 camions concernés

Un système qui peine, semble-t-il, à atteindre sa vitesse de croisière. Pour qu’il démarre, tous les routiers concernés doivent se faire référencer par Ecomouv' ou par une demi-douzaine de sociétés habilitées au télépéage (SHT). En retour, ces entreprises équipent les «bahuts» d’un boîtier qui «dialoguera» avec les portiques électronique installés sur les autoroutes, 10.500 kilomètres de routes nationales et 5.400 km de départementales. Soit 1,7% du réseau routier français.

Problème, Ecomouv', qui doit assurer l’enregistrement de 20% de la flotte concernée n’a pas (encore?) les capacités nécessaires au traitement de tous ces dossiers. Selon le ministère des transports, une dizaine de milliers de trucks auraient été référencés depuis la mi-juillet, sur les 160.000 potentiellement concernés. A ce rythme, la date du 1er octobre prochain est intenable.

D’où les pressions exercées sur Ecomouv' par le ministère des transports. Un «rapport d’étape» doit être remis par l’entreprise concessionnaire aux services de Frédéric Cuvillier dans le courant de la semaine prochaine. En outre, Ecomouv' s’est engagée à doubler ses effectifs administratifs. Le turbo est désormais enclenché. Il n’est pas dit que ce soit suffisant pour rattraper le retard.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus