La surpêche vide aussi les eaux turques

Le 10 février 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les espèces de poissons commercialisables ont été divisées par 6 en 50 ans
Les espèces de poissons commercialisables ont été divisées par 6 en 50 ans

Le détroit du Bosphore et la mer de Marmara ont été désertés par les poissons en raison d’une réglementation laxiste de la pêche du gouvernement turc et du boom des ambitions commerciales.

La production d’anchois, par exemple, qui représente les deux tiers des prises annuelles du pays, a chuté de 30% en 2012, selon l’institut statistique turc.

Selon Aylin Ulman -une chercheure de l’université canadienne de Colombie-Britannique qui a mené, entre mai et juillet 2013, 150 entretiens avec des pêcheurs turcs- le nombre d’espèces commerciales présentes dans les zones de pêche a été divisé par 6 entre les années 1960 et 2010.

Cet effondrement est, bien sûr, imputable à la surpêche. Grâce aux subventions étatiques, le nombre de chalutiers, toujours mieux équipés, a largement augmenté depuis les années 1970. Aujourd’hui, 450 navires industriels (de 40 à 60 mètres de long) sillonnent les eaux turques et plus de 17.000 licences de pêche ont été accordées. Par ailleurs, la Turquie ne bénéficie d’aucune donnée fiable sur l’état des stocks ni d’une réglementation spécifique des activités de pêche.

«Les principales menaces sont la surpêche, la pollution des eaux, et la perte des habitats due à la navigation maritime et au changement climatique», complète le président de la fondation turque de recherche marine (Tudal), Bayram Ozturk.

Ankara a mis du temps avant de réagir. Le gouvernement a seulement interdit toute activité de pêche au cours de l’été dernier, afin de permettre aux stocks de se reconstituer partiellement. Cette maigre mesure ne devrait guère modifier la donne.

L’an dernier, la Turquie approvisionnait encore largement les étals européens. Ses exportations de poisson ont représenté près de 500 millions de dollars en 2013 (366,4 M€), principalement en direction des Pays-Bas, de l’Allemagne, de l’Italie et du Royaume-Uni. Cela pourrait n’être plus qu’un lointain souvenir…



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus