La surface forestière mondiale revue à la hausse

Le 12 mai 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Eucalyptus en Australie
Eucalyptus en Australie
TERN Ausplots

La Terre compte 10% plus de forêts qu’on ne le pensait jusqu’alors. A l’origine de cet oubli, une forte sous-estimation de la couverture forestière des régions sèches, révélée vendredi 12 mai dans la revue Science.

Qu’elles soient subhumides, semi-arides, aride ou hyperarides, les régions sèches couvrent 41,5% de la planète, soit 6.132 millions d’hectares. Or on ne disposait à ce jour que d’estimations très imparfaites de leur couvert boisé au niveau mondial, une donnée pourtant cruciale pour estimer les stocks terrestres de carbone.

Grâce à Google Earth, Jean-François Bastin, chercheur à l’université libre de Belgique et consultant à l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), et ses collègues montrent que les précédentes études étaient très en-deçà de la réalité. Les chercheurs ont découpé les zones sèches en plus de 210.000 parcelles d’un demi-hectare, analysant le couvert boisé de manière semi-automatisée.

1.079 millions d’hectares de forêts

Bilan: 1.327 millions d’hectares comportent un couvert dépassant le seuil de 10%, et 1.079 d’entre eux répondent même à la définition de la FAO de ce qu’est une forêt. A savoir une zone d’au moins un demi-hectare et de 10% de couvert boisé, dépourvu d’usage agricole ou urbain.

Par rapport aux estimations précédentes, la couverture forestière des régions sèches se voit ainsi rehaussée de 40% à 47%, tandis que la couverture forestière mondiale s’établit désormais à 4.357 millions d’hectares, soit 11% de plus qu’on ne le pensait.

Etendue similaire aux forêts humides

Ces forêts en zone sèche sont donc d’une superficie comparable à celle en zone humide (1.156 millions d’hectares, selon une estimation menée en 2000). Elles se concentrent «dans le sud du Sahara, autour de la mer Méditerranée, dans le sud de l’Afrique, le centre de l’Inde, l’Australie côtière, l’ouest de l’Amérique du Sud, le nord-est du Brésil, le nord de la Colombie et du Venezuela, le nord des forêts boréales du Canada et de la Russie», expliquent les chercheurs.

Reste à savoir quel gain cela représente en termes de stocks forestiers de carbone: selon l’équipe, cela pourrait aller de 2% à 20%, soit de 15 à 158,3 milliards de tonnes de carbone.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus