La Suisse toujours trop gourmande

Le 31 mai 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Malgré une politique environnementale considérée comme l’une des meilleures des pays de l’OCDE, la Suisse continue à consommer trop d’espace, de transport et de loisirs pour ne pas nuire à sa biodiversité.

Après la Nouvelle-Zélande et la Belgique (1), c'est au tour de la Suisse de voir ses performances environnementales analysées par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). «Bien, mais peut mieux faire» pourrait résumer le rapport de plus de 250 pages publié mi-mai.

L'OCDE souligne «des politiques environnementales ambitieuses», un «effort financier public soutenu», et une «opinion publique active et très préoccupée par l'environnement». Au final, la Suisse peut se targuer de «résultats remarquables» concernant la lutte contre les pollutions et les dangers naturels.

Un gros hic, cependant: des modes de consommation «non durables» persistent, notamment dans le domaine des transports, des loisirs et de l'occupation des sols. La pollution diffuse liée à l'agriculture reste également une menace pour la nature.

«Les préoccupations concernant une croissance économique atone ou faible et la compétitivité internationale tendent à diminuer à court terme la priorité accordée aux questions d'environnement», analyse les rapports de l'OCDE. D'ailleurs, les hommes politiques helvétiques semblent de plus en plus réticents à adhérer à des accords internationaux contraignants, comme la convention d'Aarhus que la Suisse n'a pas ratifiée, ou les protocoles à la convention sur l'eau et la santé et sur la responsabilité civile.

46 recommandations sont énoncées dans le rapport. Elles portent sur les principaux outils défendus par l'OCDE comme le renforcement des principes pollueur-payeur et utilisateur-payeur, l'internationalisation des coûts environnementaux externes du transport des voyageurs par route, ou encore la mise en oeuvre d'une «réforme fiscale verte» (prévue depuis 2002). Cocorico, le rapport conseille également de créer des parcs naturels régionaux (PNR), créés il y a 40 ans en France.

Les auteurs de l'étude ont également élaboré des préconisations plus spécifiques à la situation helvétique liée à sa situation géographique. L'OCDE prône ainsi l'approfondissement de la coopération alpine, et la limitation de la consommation d'espaces agricoles et naturels.



(1) Voir les articles du JDLE «La Nouvelle-Zélande pas si verte que ça» et «La Belgique sous le regard de l'OCDE»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus