La Suisse renonce à taxer les carburants

Le 13 septembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Patrie des cimes et des grosses berlines, la confédération helvétique ne créera pas de taxe carbone sur les carburants. Contrairement au Conseil des Etats (l’équivalent de notre Sénat), le Conseil national (l’Assemblée nationale suisse) a renoncé, ce mardi 13 septembre, à introduire une taxe sur les carburants dans la loi sur le CO2.
 
Face à la menace de référendum brandie par les milieux économiques, la coalition socialo-écologiste a retiré ses propositions visant à l’instauration d’une telle taxe. Le Conseil des Etats avait estimé pour sa part qu'une telle fiscalité était nécessaire pour atteindre les objectifs de réduction d’émission de gaz à effet de serre.
 
La Chambre des députés a, en outre, assoupli les prescriptions concernant la compensation des émissions de CO2 des centrales à gaz, contre l'avis de sa commission et du Conseil des Etats. Alors que celui-ci souhaite qu'au minimum 70% des émissions soient compensées en Suisse, le National a préféré limiter cette part à 50%, suivant en cela la proposition du Conseil fédéral. Les électriciens suisses pourront donc acheter des crédits carbone internationaux pour «compenser» la moitié de leurs émissions. Cela tombe bien: ils sont très peu chers en ce moment.
 
Ce revirement, explique la majorité bourgeoise, est justifié par l'abandon prévu du nucléaire. Si l'on n'assouplit pas les conditions imposées aux centrales à gaz, on risque une pénurie d'énergie, ont fait valoir ses représentants. A condition, toutefois, que l’abandon du nucléaire soit acté [JDLE].
 
 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus