La Suisse pourrait sortir du nucléaire

Le 12 avril 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Après l’Allemagne, c’est au tour de la Suisse de réfléchir à sa sortie du nucléaire. Devançant l’Union européenne, la Confédération a, d’ores et déjà, lancé l’audit de ses 5 réacteurs et gelé le programme de constructions de nouvelles tranches.
 
Le Conseil fédéral (gouvernement) espère disposer de toutes les pièces du dossier d’ici le mois de juin. Par la suite, le parlement examinera les différents scénarios possibles, dont l’arrêt définitif de l’exploitation de l’atome, a expliqué lundi 11 avril la présidente de la Confédération, Micheline Calmy-Rey, en visite officielle à Vienne.
 
Une perspective qui n’a visiblement pas enthousiasmé son hôte, le président autrichien. «Une sortie prématurée aurait des conséquences que l'on ne peut pas souhaiter», a indiqué Heinz Fischer. Un comble pour le premier magistrat d’un pays réputé pour son hostilité à l’énergie nucléaire.
 
Si elle peut sembler radicale, la position suisse est largement insufflée par les résultats des dernières élections locales. Les Verts ont systématiquement engrangé d’excellents résultats lors des 4 derniers scrutins cantonaux. Et le gouvernement craint, après Fukushima, que les écologistes deviennent l’une des premières formations politiques helvétiques, lors des élections parlementaires d’octobre prochain.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus