La Suisse perce de nouveau le massif du Saint-Gothard

Le 31 mai 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La jonction a été faite en 2010.
La jonction a été faite en 2010.
TransAlp

La Confédération inaugure le plus long tunnel ferroviaire du monde. Prouesse technique et financière, cet ouvrage est un maillon essentiel de l’axe Rotterdam-Gênes.

C’est un ouvrage monumental que la Suisse inaugure le 1er juin. Commencé il y a 17 ans, le tunnel ferroviaire du Gothard brille désormais de ses milliers de rampes d’éclairage à basse consommation. De 7 kilomètres plus long que le Chunnel trans-Manche, le plus long tunnel ferroviaire de la planète ouvre à la grande vitesse la liaison Zurich-Lugano (Italie), qui sera ainsi raccourcie de 45 minutes.

Ce n’est pas la première fois que les sapeurs de la Confédération percent le massif. En 1882, un premier tunnel ferroviaire voit le jour. Il est complété, un siècle plus tard, par un tube routier, élément central de l’autoroute Bâle-Milan.

28 millions de tonnes de matériaux

Le ‘Tunnel de base’, tel que le surnomment les Helvètes, est un ouvrage bien plus considérable que ces deux prédécesseurs. Par sa longueur, tout d’abord: 57 km contre une quinzaine pour les tunnels routier et ferroviaire.

Par l’ampleur des travaux qu’il a fallu accomplir. Le creusement des trois tubes[1] a nécessité l’excavation de 28 millions de tonnes de matériaux: plus de 5 fois le volume de la pyramide de Khéops. «Nous avons pu en recycler le tiers, sous forme de remblais et d’agrégats pour la fabrication du béton», explique Davide Fabbri, chef du projet pour le groupe d’ingénierie Lombardi.

20 milliards de francs suisses

Pour progresser au plus vite, les mineurs ont utilisé des tunneliers allemands (baptisés les Vers) de 700 mètres de long, alimentés en béton frais par des trains spéciaux. Chef d’œuvre de technologie, le tube du Saint-Gothard est aussi une merveille financière. «Nous avons pu lever 20 milliards de francs suisses (18 Md€), en ponctionnant une part de la TVA, de la redevance poids lourds et de la taxe sur les huiles minérales», comptabilise Michel Paccaud. «La totalité de ce financement est suisse. Nous faisons-là un beau cadeau à l’Europe», souligne le chef de projet planification de l’Office fédéral des transports.

Un mort tous les 6 km. C’est le tribut payé par les mineurs du Saint-Gothard en 17 ans de travaux. Une plaque commémorative a été fixée, le 31 mai, à proximité du portail nord du tunnel, en souvenir des neuf victimes. Neuf ouvriers avaient aussi trouvé la mort lors du percement du tunnel sous la Manche.

Et de fait, le Saint-Gothard est l’un des maillons essentiels du corridor ferroviaire Rhin-Alpes, reliant les ports de Rotterdam, Zeebrugge et Anvers à Gênes. Côté suisse, la ‘Nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes’ doit encore être complétée par le tunnel du Ceneri (15,4 km), qui entrera en service en 2020.

Empruntant un tracé quasiment droit et sans déclivité, le super tube est certifié pour permettre aux trains de circuler à 250 km/h. Seuls les TGV iront aussi vite, la vitesse des convois de marchandise étant limitée à 100 km/h. La Confédération taxant le passage des trains, Berne a prévu que 315 trains franchissent quotidiennement le massif du Gothard, dont 250 de fret. Il s’agit, pour les banquiers suisses, de rentrer dans leurs frais le plus vite possible.

 

 



[1] Deux tunnels ferroviaires à voie unique et un tunnel de service.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus