La Suisse fait face au boom du photovoltaïque

Le 17 novembre 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
35.000 installations PV suisses sont dans la file d'attente.
35.000 installations PV suisses sont dans la file d'attente.
VLDT

Comme, en France, il y a quelques années, la Confédération peine à faire face à l'équipement des Suisses en énergie solaire.

Des années. Il faut attendre 6 à 7 ans avant que le propriétaire d’une centrale photovoltaïque suisse bénéficie des aides fédérales à l’énergie solaire. Le gestionnaire du réseau de transport d’électricité de la Confédération, Swissgrid, enregistre 1.000 installations nouvelles chaque mois. Un rythme très supérieur à la capacité de traitement (et aux finances) des pouvoirs publics. En septembre dernier, 35.000 installations photovoltaïques étaient inscrites dans la file d’attente aux aides. Une situation bien connue sur ce versant des Alpes.

 coup de rabot

Contrairement à Paris qui avait, en son temps, instauré un moratoire, Berne gère le boom du solaire avec doigté. Certes, les tarifs d’achat, versés pendant 20 ans, vont être abaissés. La semaine passée, l’Office fédéral de l’énergie (Ofen) a annoncé une diminution de 7% à 14% des «taux de la rétribution à prix coûtant du courant injecté» (RPC) d’ici le 1er octobre 2016. Un coup de rabot qui, de toute façon, touchera peu de monde.

Cette année, le contingent de nouvelles centrales «RPC» était fixé à 2.500 installations; objectif atteint dès le mois d’avril. «Un exploitant qui annonce aujourd’hui une installation photovoltaïque d’une puissance comprise entre 10 et 29,9 kilowatts pour la RPC a objectivement très peu de chances de pouvoir un jour en bénéficier», confirme-t-on à l’Ofen. Aussi, le ministère de l’énergie conseille-t-il aux citoyens de se tourner vers un autre type de soutien: la rétribution unique.

Système doublement avantageux

Concrètement, le propriétaire de panneaux photovoltaïques reçoit une subvention correspondant au tiers du montant d’une installation standard[1]. Le dispositif est doublement avantageux: l’argent est versé en moins de 6 mois et le producteur peut tirer d’autres gains de son électricité verte. Directement, d’abord, en autoconsommant ses électrons verts. Ce qui peut contribuer à alléger le montant de sa facture. Il peut aussi vendre sa production sur le marché: les électriciens suisses étant tenu de la racheter à un prix oscillant entre 6 et 10 centimes le kilowattheure (5,55 c€-9,25 c€).



[1] Dont le coût est évalué chaque année par l’Ofen.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus