La Suède suspend la chasse traditionnelle au loup

Le 18 août 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Suède avait jusqu’au 17 août 2011 pour revoir sa législation autorisant l’abattage d’un certain nombre de loups sur son territoire, sous peine de se voir sanctionnée par Bruxelles. Le gouvernement vient donc d’annoncer qu'il suspendait la chasse traditionnelle jusqu'à l'hiver prochain, tout en autorisant la chasse «de protection», rapporte l’AFP.
 
L’hiver dernier, la chasse aux loups a battu son plein en Suède, les éleveurs se sentant de plus en plus menacés par le grand prédateur. 19 d’entre eux ont été abattus. Avertie, la Commission européenne a décidé d’ouvrir une procédure d’infraction aux règles de l’Union européenne contre le pays.
 
Canis lupus est en effet considéré comme une espèce menacée, il est de ce fait protégé par la convention de Berne de 1979 et la directive «Habitats» de 1992; il n’est donc pas possible de tirer dessus comme sur un vulgaire lapin.
 
Afin d’éviter un renvoi de l’affaire devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), le ministère de l’environnement suédois a inscrit dans sa législation la possibilité de recourir uniquement à la chasse de protection, quand le besoin se fait réellement sentir, ce qui est autorisé par le droit européen. Aucune licence ne devrait donc être décernée pour l'hiver 2011-2012. Cependant, des licences devraient de nouveau être accordées pour l'hiver 2013, a indiqué le ministre des affaires rurales, Eskil Erlandsson, dans un communiqué du 17 août.
 
Les loups suédois ne sont donc pas sortis d’affaire. Après avoir totalement disparu de la région dans les années 1970, une population a pu se rétablir par la migration d’une poignée de loups finlandais. Mais fragilisée par des maladies dues à la consanguinité (comme des anomalies du squelette et des difficultés à se reproduire), la lignée actuelle est vulnérable. D’autant que, selon une étude publiée récemment par la revue Proceedings of the Royal Society Biology, le braconnage illégal serait responsable de plus de la moitié des décès des canidés sauvages qui ont lieu dans le pays. Les scientifiques estiment que les deux tiers de ces braconnages ne sont pas détectés. Sans les tirs «secrets» de cette dernière décennie, la population de loups en Suède serait 4 fois plus élevée aujourd’hui, soit environ 1.000 individus (ils sont autour de 250 actuellement).
 
En France, une circulairedu 29 juillet dernier rappelle qu’il est possible, lorsque toute autre méthode de prévention se révèle inadaptée ou insuffisante, «de procéder à des interventions limitées sur les loups», en dérogation au statut de protection de l’espèce garanti par les textes communautaires et nationaux. A cause du nombre d’attaques sur les troupeaux en hausse de 25% en 2011 par rapport à 2010, la ministre en charge de l’écologie a annoncé que serait revu à la hausse le nombre de «prélèvements» maximum fixé à 6 loups sur la période 2010/2011, en fonction de la population estimée, du rythme de son accroissement et des dégâts occasionnés (dans le JDLE).


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus