La situation s’améliore un peu à Fukushima

Le 06 juin 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Bien que l’actualité s’en désintéresse, la catastrophe de Fukushima est loin d’être terminée. Pour preuve: un impressionnant réseau de scientifiques japonais commence à établir une cartographie précise des zones terrestres contaminées.

Pas moins de 80 chercheurs, de 35 universités, vont faire des prélèvements de sols, tous les 4 kilomètres carrés dans un rayon de 80 km autour de la centrale accidentée et tous les 100 km2 dans les zones plus éloignées.

Ce travail fastidieux donne d’ailleurs ses premiers résultats. Shinzo Kimura, de l’université d’Hokkaido, a trouvé des traces de plutonium (Pu) à moins de 2 km de la centrale, indique la NHK. Dans ces échantillons de sols, un laboratoire de l’université de Kanazawa a mis en évidence de très faibles quantités de trois isotopes de la matière fissile, indique la télévision publique japonaise.

L’activité totale s’élevait, en effet, à 0,078 becquerels par kilogramme: à peine plus que le bruit de fond des retombées imputées aux essais nucléaires atmosphériques.

Ce résultat n’est pas une surprise. Des niveaux comparables de Pu 238, 239 et 240 ont déjà été découverts par les sauveteurs, à la fin du mois de mars [JDLE].

Dans la centrale, l’activité se poursuit. Tepco semble parvenir à réduire les fuites d’eau contaminée dans la mer. L’exploitant de la centrale annonce avoir détecté de faibles concentrations de césium 134 et 135 (pas plus de 41 Bq/litre), à proximité et au large de la centrale. Aucune trace d’iode 131, en revanche.

De très faibles activités d’iode 131 et de césium 134 et 137 ont néanmoins été quantifiées dans l’air autour de la centrale, mais là encore, les niveaux étaient très en deçà des normes japonaises.

Pour le reste, Tepco, Areva, Veolia et Kurion achève le montage de la station de traitement d’eau polluée. Selon l’électricien tokyoïte, l’installation devrait être opérationnelle vers le 15 juin. Elle devra traiter plus d’une centaine de milliers de mètres cubes d’eau, au rythme de 500 m3 par jour.

 

http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/11060608-e.html

 
http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/11060605-e.html
 
http://www.journaldelenvironnement.net/article/fukushima-du-plutonium-et-de-l-eau,22336
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus