La séquestration du carbone en mauvaise voie en Chine

Le 19 août 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les industriels chinois freinent devant les technologies de captage et de séquestration du carbone (CSC). Jugées trop onéreuses et difficiles à mettre en place, elles risquent de ne pas être soutenues par le pays, selon les déclarations du 18 aoûtdu Centre scientifique et technologique du groupe Huaneng, principale compagnie d'électricité chinoise.

« Il faudra attendre que le CSC soit testé à l’échelle commerciale avant de recevoir un soutien politique », a déclaré Xu Shisen, l’ingénieur en chef du centre de Huaneng. « Mais il est encore trop tôt pour dire si cette commercialisation est viable ou non », poursuit-il.

Les technologies CCS sont encouragées par l’Agence internationale de l’énergie, l’Union européenne, et le GIEC, qui les considèrent comme une arme de premier choix pour réduire les émissions industrielles de CO2. Mais des doutes subsistent quant à l’efficacité de la méthode.

En partenariat avec l’Américain Duke Energy, Huaneng a déjà lancé deux projets-pilotes dans des centrales électriques de Pékin et Shanghai, en vendant de petits volumes de carbone capté à des fabricants de boissons gazeuses locaux. Le projet pékinois capture par exemple 3000 tonnes de CO2 par an, ce qui représente une fraction tout à fait négligeable des émissions totales de la centrale. « Même si le projet de Shanghai vise la capture de 120.000 tonnes de CO2 par an, il faudrait récupérer au moins 1 million de tonnes pour que la technologie ait du sens », a précisé l’ingénieur en chef.

Il faudra attendre au moins 2015 pour que les projets chinois commencent à donner des résultats et pour qu’une politique soit élaborée. Le pays sera-t-il prêt en 2050, quand il consommera 2,5 milliards de tonnes de charbon ?

Voir le JDLE.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus