La sécheresse s’étend dans l’Hexagone

Le 19 juin 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La carte des départements visés par un arrêté de restriction d'eau au 1er juin 2017
La carte des départements visés par un arrêté de restriction d'eau au 1er juin 2017

Vingt-quatre départements sont visés par des restrictions d’eau dont 8 sont décrétés en état de crise, selon le site Propluvia du ministère de la transition écologique.

 

L’alerte rouge a été donnée dans les Ardennes, la Charente, l’Indre, le Maine-et-Loire, la Marne, la Seine-Maritime, les Deux-Sèvres et le Tarn. Dans ces départements, tout prélèvement d’eau est interdit, y compris à des fins agricoles. Seuls les secteurs de la santé, sécurité civile, eau potable et salubrité peuvent en effectuer.

En Charente-Maritime et Loire-Atlantique, où l’alerte est renforcée, les prélèvements agricoles sont réduits d’au moins 50% (ou interdiction d’au moins 3,5 jours par semaine) et certains usages peuvent être interdits, comme l’arrosage des jardins ou espaces verts, lavage des voitures, etc.

Des restrictions sont également prises dans l’Ariège, l’Aube, le Cher, la Corse, les Côtes d’Armor, l’Ille-et-Vilaine, la Mayenne, le Morbihan, et l’Orne (alerte simple). Les prélèvements agricoles sont réduits de moins de 50% mais des interdictions peuvent toutefois être prononcées (manœuvre de vanne, activité nautique, arrosage à certaines heures, lavage des voitures, etc.).

Les autres départements sont seulement en état de vigilance. Concrètement, les particuliers et les professionnels sont invités à économiser l’eau.

 

Des nappes phréatiques au plus bas

Selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), 70% des nappes phréatiques affichent, au 1er juin, un niveau modérément bas à très bas. Le déficit pluviométrique s’est élevé, en mai, à environ 40% dans la partie nord du territoire, et de 60 à 80% sur le pourtour méditerranéen et la Corse.

Les nappes les plus touchées par la sécheresse sont celles de la craie champenoise, du bassin Adour-Garonne, de la vallée du Rhône et de Lorraine.

Cette situation n’est pas une surprise. Le signal d’alarme avait été déclenché le mois dernier par le BRGM à cause d’une recharge hivernale des nappes insuffisante.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus