La sécheresse et la canicule font mauvais ménage

Le 28 juillet 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

2006 semble se rapprocher de la catastrophe de 2005 en matière de sécheresse. Outre le dispositif réglementaire déjà mis en place l’année dernière, la ministre en charge de l’environnement a annoncé une campagne de sensibilisation à la télévision et à la radio.

2003, année de la canicule. 2005, année de la sécheresse. 2006 a la particularité de cumuler les deux. Une bien mauvaise année pour les cours d'eau, même si, rassure la ministre, 2006 ne devrait pas atteindre le niveau de sécheresse de 2005. 49 arrêtés préfectoraux ont été publiés cette année, contre environ 70 l'année dernière. «Ce qui nous préoccupe, c'est que la situation s'est dégradée extrêmement rapidement», a confié la ministre lors du point sécheresse du 27 juillet. C'est pourquoi une nouvelle circulaire devrait être très prochainement envoyée à chaque préfet, les rappelant à leur devoir de vigilance.

Le bassin parisien, le Sud-Ouest, Paca, les Pays de la Loire sont les régions les plus touchées. 31 départements sont en situation préoccupante, 22 départements en situation délicate, 27 départements en situation de vigilance, et enfin 16 départements en situation normale. 24 départements ont pris des mesures de restriction totale sur au moins un bassin versant. Et une surmortalité de poissons, notamment de truites, a été observée dans plusieurs zones. Or Météo France estime que les trois prochains mois connaîtront des températures plus élevées que la normale. Ce qui pourrait aggraver la situation.

Au chapitre des conséquences, l'agriculture devrait être la principale touchée à cause des mesures de restriction. En revanche, l'industrie, moins productive en période estivale, devrait moins souffrir de la sécheresse. Enfin, Nelly Olin a semblé confiante concernant la consommation d'eau potable des particuliers. «Aucune coupure d'eau potable n'a encore eu lieu, contrairement à 2005», rassure-t-elle.

Malgré tout, le ministère a décidé de lancer une campagne de «sensibilisation» auprès du grand public. «En cumulant les petits gestes comme prendre une douche (60 litres) au lieu d'un bain (120 l), 3 milliards de litres d'eau pourraient être économisés chaque jour», assure la ministre qui a aussi attiré l'attention sur le gâchis engendré par l'arrosage des espaces verts à l'eau potable. «Il faut se pencher sur le sujet pour favoriser l'utilisation des eaux de pluie», estime-t-elle.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus