La santé, oubliée des négociations de Cancun ?

Le 30 novembre 2010 par Sabine Casalonga
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Au lendemain de l’ouverture du sommet de Cancun (Mexique), un réseau mondial de 65 académies de médecine et des sciences (IAMP) lance un appel solennel à la communauté internationale afin que l’impact des changements climatiques sur la santé soit mieux pris en compte.

Des événements climatiques extrêmes plus fréquents, comme les inondations, les canicules ou les sécheresses, risquent de fait d’accroître le nombre de décès, de maladies infectieuses et de troubles mentaux. Des taux plus élevés d’ozone au sol risquent d’augmenter les cas de pathologies respiratoires et le taux de mortalité cardiovasculaire.

Or certaines actions de réduction des émissions de gaz à effet de serre peuvent contribuer directement à améliorer la santé humaine et compenser en partie les coûts de la lutte contre le changement climatique, indiquent les académiciens. Ils citent en particulier l’introduction des fourneaux à faible émission (« 150 millions [de ces fourneaux] en Inde pourraient éviter environ 2 millions de décès prématurés ») et la réduction de l’usage des voitures privées dans les villes, au profit de la marche et du vélo.

« Beaucoup de changements climatiques sont vus comme une menace contre l'environnement en oubliant les problèmes de santé y afférant. Ce sont les pays les plus pauvres les moins responsables des émissions de GES qui subissent les plus grandes menaces sur la santé », indique le professeur Looi Lai Meng de l’Académie des sciences de Malaisie et co-président de l’IAMP.

 « Les avantages pour la santé de réduction des émissions de GES doivent être pris en compte dans les négociations internationales et les politiques intérieures » ajoute le professeur Detlev Ganten de Berlin, membre du comité exécutif de l’IAMP.

L'OMS soutient depuis longtemps les stratégies d’adaptation favorables à la santé [voir le JDLE].

Un appel similaire à mieux intégrer la thématique sanitaire dans les négociations sur le climat avait été lancé en amont de la conférence de Copenhague fin 2009 par l’Association santé-environnement France (Asef) [voir le JDLE].



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus