La Russie rapatrie de l’uranium enrichi serbe

Le 23 décembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Ce fut une opération digne des grands films d’espionnage. Des hélicoptères, 250 véhicules de police et 3.000 hommes en armes ont escorté, le 19 novembre (mais l’information n’a été dévoilée que mardi 21 décembre), un convoi pas comme les autres. Sous la supervision de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), les autorités serbes ont évacué vers la Russie les 2,5 tonnes de combustible usé et d’uranium enrichi qui étaient stockés depuis 26 ans dans les piscines du centre de recherche nucléaire de Vinca, à une quinzaine de kilomètres de Belgrade.

Les châteaux, qui contenaient la matière fissile et les déchets, ont été transportés par camions jusqu’à la ville de Subotica (nord), avant d’être chargés sur un train jusqu'au port slovène de Koper. Ensuite, c’est par bateau et par train qu’ils ont été transportés jusqu’à leur destination finale : le centre de retraitement de Maïak (Russie). Le voyage aura duré plus d’un mois.


Selon l’AIEA, les fractions réutilisables de combustibles seront retraitées et recyclées en combustible. Les parties non valorisables seront vitrifiées et stockées en Russie.


Mis en sommeil en 1984, le réacteur de recherche de Vinca affichait une puissance de 6,5 mégawatts. Aussi, sa consommation de combustible n’était pas très importante. Mais les inspecteurs de l’AIEA s’étaient alarmés, dans les années 1990, des conditions d’entreposage des barres de combustibles. Stockées dans des piscines, non dotées de systèmes de filtration et de recyclage d’eau, ces barres commençaient à se désagréger, rendant leur stockage dangereux à long terme. De plus, la Serbie ne possède pas de centre de stockage définitif de déchets nucléaires à haute activité. D’où l’idée de rapatrier ces combustibles en Russie, leur pays d’origine. Il aura fallu 8 ans de négociations entre les parties serbes et russes pour évacuer cet uranium, indique l’agence onusienne dans un communiqué.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus