La Roumanie ne veut pas être la poubelle de l’Italie

Le 29 mai 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Bucarest a refusé: les ordures italiennes ne passeront pas la frontière roumaine. Le ministre roumain en charge de l'environnement, Attila Korodi, a été clair: «La Roumanie n'a même pas la capacité de stocker correctement ses propres déchets. Nous n'allons pas encombrer nos décharges avec des déchets provenant d'autres pays», a-t-il fait remarquer. Selon lui, la Roumanie a obtenu auprès de l'Union européenne «le droit de refuser le stockage ou l'incinération sur son territoire de tout type de déchet jusqu'en 2015».

L'Italie, qui avait en effet annoncé vouloir envoyer en Roumanie une partie des déchets qui envahissent Naples et sa région (1), devra donc trouver une autre solution. Un million de tonnes de déchets seraient en attente de traitement, ou illégalement stockés, dans la région napolitaine. La Camorra, la mafia locale qui gère un réseau parallèle de sites d'enfouissement, serait à l'origine de cette situation catastrophique. L'option de faire traiter les déchets dans une autre région d'Italie, voire à l'étranger, a déjà été choisie à plusieurs reprises pour désengorger Naples et sa région. Il s'agissait alors de la Lombardie, au nord de la péninsule et des Pouilles, au sud, mais aussi de l'Allemagne.



(1) Voir l'article du JDLE intitulé «Une décharge dangereuse rouvre en Italie»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus