La résistance s’accentue à Notre-Dame-des-Landes

Le 19 novembre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Tous les opposants se sont retrouvés le 17 novembre pour une journée de mobilisation générale
Tous les opposants se sont retrouvés le 17 novembre pour une journée de mobilisation générale
Acipa

Une vaste manifestation a réuni, le 17 novembre, des dizaines de milliers de personnes opposées au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique): 13.500 selon la préfecture et 40.000 selon l’association Acipa (1).

José Bové, député européen Europe Ecologie-les Verts, Pascal Durand, secrétaire national d’EELV, et Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, ont fait partie du cortège pour dénoncer l’absurdité du projet.

«Nous ne manifestons pas contre le Premier ministre ni le gouvernement, c’est le contraire. Nous manifestons pour que le gouvernement respecte les engagements de changement qu’il a pris devant les Français», a déclaré Pascal Durand.

Jean-Vincent Placé, président du groupe écologiste au Sénat, et François Bayrou, président du Modem, ont de leur côté demandé que le débat soit rouvert.

Dans un communiqué daté du 19 novembre, France Nature Environnement a quant à elle demandé la nomination rapide d’un médiateur, et rappelé que la meilleure solution était la suspension du projet.

Par ailleurs, la réoccupation des terrains progresse avec la construction de cabanes. Elle s’est focalisée sur le cœur du projet, «où sont prévues les pistes, la tour de contrôle et les duty-free, c’est-à-dire tout ce qu’on ne veut pas. On ne lâchera pas, c’est le village des irréductibles qui est en train de se reconstruire», a affirmé à l’AFP Jérôme, l’un des occupants les plus anciens de la Zone à défendre (ZAD).

Cher au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes, le projet d’un nouvel aéroport Grand Ouest a fait l’objet d’un contrat de concession, signé le 30 décembre 2010, et valable pour 55 ans. Il est géré depuis le 1er janvier 2011 par la société concessionnaire (qui associe Vinci Concessions, la CCI de Nantes et la société Entreprises de travaux publics de l’Ouest). Cette société a pour mission de construire le nouvel aéroport, qui doit ouvrir l’automne 2017 et remplacer l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique.

La veille de la manifestation, le 16 novembre, François Hollande a rappelé son soutien au projet, déclarant qu’il «respectait le droit de manifestation», qu’il «ferait en sorte que tous les recours puissent être traités par une justice indépendante», «mais qu’il y avait aussi force du droit et primauté de la volonté, non seulement de l’Etat mais aussi des élus locaux».

Il a été suivi par le ministre de la Défense, et ancien président de la région Bretagne Jean-Yves le Drian, qui s’est déclaré ce 19 novembre «entièrement solidaire du projet d’aéroport» et par le ministre de l’intérieur Manuel Valls, qui a déclaré que «le gouvernement était déterminé à faire respecter la loi».

Ce projet est soutenu par les collectivités locales socialistes (agglomération nantaise, conseil général de Loire-Atlantique et région Pays de la Loire). Ses opposants regroupent des agriculteurs, des riverains, ainsi que des élus EELV, du Parti de gauche et du Modem.

(1) Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus