La région Ile-de-France adopte trois plans d’élimination des déchets

Le 30 novembre 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La région Ile-de-France a adopté le 26 novembre trois plans régionaux d’élimination des déchets (ménagers, de soins et dangereux), indique l’Observatoire régional des déchets de cette région (Ordif) dans un communiqué du 27 novembre.

L’Ile-de-France produit 5,6 millions de tonnes de déchets ménagers et assimilés (DMA), environ 750.000 de déchets dangereux et environ 32.500 de déchets d’activités de soins à risques infectieux (Dasri).

Ces trois plans ont force juridique: «Pour chaque projet d’installation nécessitant une autorisation du préfet, les services de l’Etat devront s’assurer de la compatibilité du projet avec les plans régionaux», rappelle l’Ordif.

Le Plan régional d’élimination des déchets ménagers et assimilés (Predma) vise, d’ici 2019, à diminuer la production de déchets de 50 kilogrammes par habitant, augmenter de 60% le recyclage des déchets ménagers, doubler la quantité de compost conforme à la norme, diminuer de 25% les déchets incinérés et de 35% les déchets enfouis, ainsi que favoriser une meilleure répartition géographique des centres d’enfouissement. 30 ressourceries-recycleries sont prévues d’ici 2019 en vue du réemploi des encombrants. A cette date, 500.000 tonnes de déchets supplémentaires devraient être transportées par voies fluviales et/ou ferrées par rapport à 2005.

Le Plan régional d’élimination des déchets de soins (Predas) vise à collecter d’ici 10 ans la moitié des Dasri des ménages. Ces déchets sont à risque pour l’environnement, mais aussi pour les opérateurs de la filière: 35 accidents (coupures) ont été recensés en Ile-de-France en 2007. Actuellement, seuls 5% des Dasri des ménages et 50% des professionnels sont correctement séparés du reste des déchets. En 2005, 2.600 tonnes de ces déchets ont été mélangées avec les ordures ménagères.

Quant au Plan régional d’élimination des déchets dangereux (Predd), il vise la collecte en 10 ans de 65% du gisement produit par les ménages. Seuls 20% des déchets dangereux des ménages et 30% des déchets dangereux des activités (artisanat…) sont correctement séparés. Le plan vise notamment à admettre des déchets provenant à 80% de la région ou de régions limitrophes. Pour l’heure, 70% des déchets traités par les deux incinérateurs franciliens proviennent de l’extérieur. La région veut aussi favoriser de nouvelles filières de valorisation, notamment pour les huiles et les solvants usés, pouvant «faire l’objet de régénération».


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus