La reforestation, ennemie des abeilles

Le 27 mai 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Trop d'arbres pour les abeilles
Trop d'arbres pour les abeilles
DR

Aux Etats-Unis, l’intense reforestation entreprise au cours du XXème siècle pourrait avoir défavorisé les abeilles, qui peinent à loger dans les forêts trop denses et peu herbacées, révèle une étude publiée dans la revue Forest Ecology and Management.

Après l’intense déforestation qu’ont connu les Etats-Unis jusqu’au début du XXème siècle, les Américains ont décidé de replanter leurs forêts, et de lutter plus activement contre les incendies. Exemple avec l’Oconee National Forest créée en  1959 en Géorgie, où 39.000 hectares de champs de cotonniers à l’abandon ont vu les arbres revenir, mais de manière très différente des forêts originelles.

Or cette intervention humaine sur les forêts n’a pas été sans impact sur la faune, en particulier sur les abeilles. Trop drues, ces jeunes forêts ne sont pas propices à l’implantation des pollinisateurs, d’autant que leurs sous-bois, protégés de l’incendie par les hommes, voient plutôt proliférer les arbustes que les herbes et les fleurs.

Jusqu’à 4 fois moins d’abeilles

James Hanula, du service des forêts du département américain de l’agriculture (USDA) à Athens (Géorgie), et ses collègues l’ont observé dans l’Oconee National Forest. Analysant plusieurs types de forêts, différant par l’âge des arbres, la densité et la nature du sous-bois, ils montrent que les abeilles préfèrent les forêts récemment éclaircies et celles au sous-bois herbacé. Par rapport aux forêts plus denses et couvertes d’arbustes, le nombre d’abeilles y est 2 à 4 fois plus élevé, celui d’espèces jusqu’à 3 fois plus.

Selon l’équipe, abaisser la densité des forêts tout en empêchant la prolifération des arbustes pourrait aussi favoriser d’autres espèces, aussi bien de pollinisateurs que d’oiseaux. Notamment le pic à face blanche, une espèce menacée qui affectionne aussi les forêts clairsemées et herbacées. Les forêts pourraient aussi y tirer avantage, une trop grande densité favorisant les attaques de scolytes, insectes xylophages qui ravagent les forêts nord-américaines.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus