La reconstruction du barrage des Plats stoppée par la justice

Le 25 novembre 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les travaux sont suspendus jusqu'à nouvel ordre.
Les travaux sont suspendus jusqu'à nouvel ordre.
DR

Entre eux, ils l’appellent «le barrage du non-sens». Les opposants à la reconstruction du barrage des Plats[1] viennent de remporter une victoire d’envergure: le tribunal administratif de Lyon vient d’annuler l’arrêté de la préfecture de la Loire (qui autorisait les travaux de reconstruction de l’ouvrage, percé à sa base), ainsi que la décision de plusieurs communes déclarant ces travaux d’intérêt général. L’arrêté préfectoral attaqué est déclaré illégal à cause d’une irrégularité dans une délibération prise par le conseil syndical du Syndicat des barrages (propriétaire de l’édifice), précise le site d’informations locales L’essor. Les pelleteuses sont donc à l’arrêt, la décision étant exécutoire. «Cette décision est une gifle pour un groupe d’élus qui a essayé de passer sa décision ’à l’ancienne‘», se réjouit Roberto Epple, le président de SOS Loire vivante ERN. Pour l’instant, ni l’Etat, ni le Syndicat des barrages n’ont dit s’ils feraient appel de la décision.

Fournir de l’eau

Haut de 18 mètres et pouvant contenir près de 1,5 million de mètres cubes d’eau, le barrage des Plats a accueilli entre 1958 et 2005 les eaux de la Semène, une rivière qui se jette dans la Loire au sud de Saint-Etienne (à une quinzaine de km). Situé entre Saint-Genest-Malifaux et Jonzieux (Loire) cet ouvrage, initialement conçu pour alimenter la ville de Firminy et trois communes attenantes –la ville en est d’ailleurs propriétaire- n’est pas un ouvrage hydroélectrique: il vise surtout à suppléer aux besoins de 9 communes voisines, à cheval sur les départements de la Loire et de la Haute-Loire, regroupées dans le syndicat des eaux de la Semène qui achète de l'eau brute à Firminy.

Un ouvrage dangereux

En 2005, le préfet ordonne la vidange du barrage pour des raisons de sécurité (une fente longitudinale y est décelée), ce qui occasionne au passage une forte mortalité piscicole. En 2006, le préfet ayant considéré que la remise en eau ferait courir trop de risques aux populations aval, la base de l’édifice est alors percée: la Semène dévale alors librement. Et les 9 communes jusqu’ici connectées au barrage des Plats -et qui consomment 1M m3 d’eau par an- sont alimentées par une canalisation reliée à l’aqueduc reliant le barrage de la Valette à Saint-Etienne. «Et personne n’a manqué d’eau depuis 2005», notait Antoine Lardon, président de la fédération de pêche de Haute-Loire, en mai dernier dans Le Journal de l’environnement.

 

C’est pourtant précisément autour de l’alimentation de ces 9 communes que s’est engagé un bras de fer entre le Syndicat des barrages et les associations de protection de la nature. Le premier plaide pour la sécurisation de la ressource en eau de la vallée de l’Ondaine (Firminy et alentours), dans un contexte tendu en raison du changement climatique. Les seconds considèrent que la reconstruction du barrage altèrerait le bon état écologique de la rivière et qu’il existe une alternative bien moins coûteuse.

Tout remettre à…Plats

Les deux tiers du chantier ont déjà été réalisés, avec l’obturation du trou, des travaux paysagers alentours, la consolidation des fondations, l’installation de vannes, etc. La mise en sécurité du site satisfait Roberto Epple, qui se prend désormais à rêver que «la nouvelle enquête publique qui devra être menée pour que reprennent les travaux puisse permettre d’examiner les alternatives à ce barrage et d’envisager, par exemple, qu’il soit équipé de passes à poissons», détaille le militant. «Tout est ouvert, tout est imaginable.» Les associations communiqueront ultérieurement sur une plate-forme de propositions.

 



[1] Le WWF France, la Frapna Loire, la fédération de pêche de Haute-Loire, SOS Loire vivante ERN, le club de pêche sportive Forez Velay ou encore le conseil départemental des associations familiales laïques de la Loire, ainsi qu’une quinzaine d’autres associations locales.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus