La RATP veut purifier l’air (très chargé) de ses enceintes

Le 17 septembre 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Plongée en air trouble.
Plongée en air trouble.
DR

Piéger ou aspirer les particules fines qui plombent l’air du métropolitain… La RATP tente de purifier l’air dans son enceinte. Résultats pour l’été 2019.

La RATP déploie les grands moyens pour chasser les particules fines de ses couloirs et de ses tunnels. Car circuler en métro et en RER n’est pas une partie de plaisir pour les bronches des voyageurs, et encore moins pour ceux qui y travaillent, ainsi que l’avait démontré une étude de l’Anses. Principales sources d’émission: l’usure des matériaux par la friction roue-frein des rames de voyageurs, suivie du contact roue-rail et du contact entre le matériel roulant et le système d’alimentation électrique. Après plusieurs années sans amélioration notable -ce qui avait été dénoncé par des syndicats-, la RATP s’apprête à lancer plusieurs expérimentations d’ampleur, ainsi que le dévoile Le Journal du dimanche. Cinq candidats ont été retenus sur les 17 qui avaient répondu à un appel à projet régional, lancé en mars dernier par la RATP, Ile-de-France Mobilités, Airparif et la SNCF.

RDV en 2019
Sur trois sites –Châtelet, Franklin Roosevelt et Avenue Foch– seront testés en début d’année prochaine et pour une durée de 3 à 6 mois des solutions industrielles de purification de l’air. Le groupe Air Liquid y essaiera son Purific’air (des purificateurs électrostatiques par ionisation positive), quand Suez s’essaiera à peu près à la même technologie avec un projet nommé Ip’Air pour capturer les particules en suspension. Enfin, l'entreprise Starklab et son Terrao ambitionne d’emprisonner les poussières fines et les gaz nocifs à l’aide d'eau glycolée. Deux autres technologies –piégeage passif de particules fines le long des quais et aspiration à proximité des freins– seront également testées. «Si les résultats sont probants, nous envisagerons de généraliser ces solutions à l'ensemble du réseau», a déclaré la présidente de l’autorité régionale des transports Valérie Pécresse. Rendez-vous au 2nd semestre 2019 pour les premiers résultats.

 

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus