La RATP inaugure sa première ligne de bus électrique

Le 30 mai 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
23 bus électrique seront affectés à la ligne 341 de la RATP.
23 bus électrique seront affectés à la ligne 341 de la RATP.
VLDT

A terme, la régie francilienne des transports publics prévoit d’acquérir 4.500 bus ‘zéro émission’.

Le tempo est parfait. A quelques heures de l’ouverture du Salon des maires et des collectivités locales, à Paris, les responsables des transports publics franciliens présentaient, ce lundi 30 mai, une merveille d’électromobilité.

A peine débarquée du cabinet de la ministre de l’écologie, Elisabeth Borne, nouvelle patronne de la RATP, a présenté la dernière acquisition de son entreprise: le BlueBus. Long de 12 mètres et doté d’une autonomie de 180 kilomètres, ce bus est appelé à assurer l’acheminement des 2 millions de passagers qui empruntent chaque année la ligne 341, reliant la place de l’Etoile parisienne à la ville de Saint-Ouen, distante d’une dizaine de kilomètres. «D’ici la fin de l’année, la ligne recevra ses 23 bus électriques», assure-t-elle.

900 bus à gaz renouvelable

Les résultats de cette expérimentation sont très attendus. Dans le cadre de son programme Bus 2025, la régie francilienne prévoit de remplacer ses 4.500 bus par des véhicules ‘propres’: «80% des véhicules seront électriques et 20% à gaz renouvelable», précise Elisabeth Borne. D’autres essais de bus électriques démarreront prochainement sur deux autres lignes avec des véhicules construits par Irizar, Solaris, Dietrich Carebus, Ebusco et Heuliez.

Ce n’est que l’an prochain que les premiers appels d’offres seront officiellement lancés. En attendant, la RATP muscle sa flotte de véhicules hybrides. 630 circuleront dans la région capitale à la fin de l’année: 58% de mieux qu’en 2015. Elle commence aussi à aménager ses dépôts pour y accueillir les bornes de recharge lente pour les bus électriques et les pompes à GNV.

RER électrique sur route

Pour les industriels, l’enjeu est de taille. Et le groupe Bolloré, constructeur du BlueBus, entend bien tirer son épingle du jeu. «En quelques mois, nous avons rattrapé notre retard sur nos concurrents, notamment chinois. Nous sommes désormais prêts à l’industrialisation», affirme Vincent Bolloré, son président.

Soutien de la RATP via l’autorité organisatrice qu’est le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif), la Région appuie à fond sur le champignon du transport public à basse émission. Valérie Pécresse entend présenter très prochainement son programme de reconquête de la qualité de l’air, dont les bus propres de la Régie feront partie. Mais pas seulement. «Nous travaillons sur un concept de RER électriques sur route, pour faire en sorte que les routes ne soient plus les aspirateurs à pollution que l’on connaît», explique la présidente du conseil régional francilien.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus