La production électrique française assurée jusqu’en 2013

Le 23 juillet 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La consommation électrique française devrait passer de 486 à 560 TWh par an entre 2008 et 2025, et les pics de consommation fortement augmenter, selon RTE. Présentés quelques jours après la polémique sur le coût des économies d’énergie (1), ces chiffres incluent la maîtrise de la demande de l’électricité. En la matière, les mesures du Grenelle de l’environnement auront des effets mitigés.

Consommation électrique
«La crise reporte de deux ans les perspectives de consommation d’électricité», selon Dominique Maillard. Le président du directoire du gestionnaire du réseau de transport d’électricité (RTE) présentait mercredi 22 juillet le dernier bilan prévisionnel à l’horizon 2025.

A cette date, 560 térawattheures par an (TWh/an) devraient être consommés en France. De 486 TWh en 2008 (2), la consommation électrique nationale devrait passer à 515 TWh en 2015, puis 535 en 2020. L’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité devrait être assuré jusqu’en 2013. Il sera alors nécessaire d’avoir 5.000 mégawatts (MW) d’investissements nouveaux tous les 5 ans, notamment en moyens de pointe. Hausse de la consommation aidant, le pic de consommation record de janvier dernier (94.000 MW) devrait être allégrement pulvérisé. RTE table sur des pointes de 104.000 MW en 2020 et 108.000 en 2025.

Effets mitigés du Grenelle
«Le Grenelle de l’environnement aura des effets mitigés sur la consommation électrique à cette date», a souligné Dominique Maillard. S’il induit des économies d’énergie grâce à l’amélioration attendue de l’efficacité énergétique des logements ainsi qu’à une baisse de la consommation unitaire des appareils électroménagers, il vise aussi à développer les pompes à chaleur et les véhicules électriques.

Parallèlement à la construction d’un 3e EPR et de centrales à cycle combiné gaz, la production croissante d’énergies renouvelables devrait contribuer à la hausse de la production: 1.400 MW de photovoltaïque solaire en 2015, et 4.000 MW d’éolien atteints en 2009. En 2015, «la contribution de l’énergie éolienne photovoltaïque [corrigé le 23 juillet 2009, ndlr] deviendra significative et devrait générer 1,5 TWh/an». Pour une consommation totale qui sera passée entretemps à 515 TWh par an.

Le scénario présenté par RTE intègre la maîtrise de demande de l’énergie insufflée par le Grenelle.

Effacements diffus
Dominique Maillard est revenu sur la délibération récente de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) allant dans le sens d’une demande d’EDF et d’autres fournisseurs d’électricité de se faire dédommager pour les «économies d’énergie» réalisées par leurs clients au moyen d’un boîtier (1).

«On assimile trop rapidement effacements diffus et maîtrise de la demande d’électricité, a réagi Dominique Maillard. Les effacements diffus consistent à pousser les clients à réduire leur consommation à un moment donné, comme le lancement d’un lave-linge. En réalité, il peut même y avoir un effet rebond [une hausse différée de la consommation, ndrl]. C’est le cas pour certains usages comme le chauffage. Ils nous permettent tout de même d’éviter d’être dans les limites d’exploitation du réseau».

Tout le problème, a-t-il résumé, consiste à trouver une rémunération pour l’ensemble des acteurs: les agrégateurs (ceux qui, tels Voltalis et son boîtier, font la synthèse des réductions de consommation pour réaliser les effacements diffus), le consommateur qui est tout de même à l’origine de ce report de consommation, et le producteur, qui doit continuer à assurer le même niveau de production d’électricité pour que la baisse de la demande soit stabilisée.

L’impact d’EcoWatt (3), dispositif d’envoi de SMS à des usagers bretons volontaires (voir notre encadré) pour réduire leur consommation, lancé conjointement par l’Ademe et RTE l’hiver dernier n’a pas encore été évalué. RTE prévoyait 100.000 abonnés. Il n’y en a que 10.000 pour la première année.

(1) Dans le JDLE «Quand les ‘économies d’énergie’ se heurtent au marché de l’électricité»
(2) Dans le JDLE «Hausse de la consommation électrique française en 2008»
(3) Dans le JDLE «‘Le chauffage électrique est le principal responsable des pics de consommation’»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus